Joan Mir ému après son titre : "J'ai du mal à y croire"

Vincent Lalanne-Sicaud
·2 min de lecture

peine à réaliser l'exploit qu'il vient de réussir. À 23 ans, le pilote espagnol a inscrit son nom au palmarès du MotoGP en prenant la septième place du Grand Prix de Valence, remporté par Franco Morbidelli. Tout s'est enchaîné très vite pour Joan Mir, en tête du championnat depuis moins d'un mois et vainqueur de sa première course il y a seulement une semaine, déjà à Valence.

"C’est incroyable", a confié le pilote Suzuki dans le Parc Fermé. "Je n’ai pas les mots pour décrire mes émotions, parce que je me suis battu pour ça toute ma vie, pour décrocher enfin ce résultat. Pour le moment, je ne ris pas, je ne peux pas pleurer, c’est un mélange d’émotions ! Je suis vraiment, vraiment heureux. Vous pouvez le croire. Quand on a un rêve toute sa vie et qu’on le réalise... Pour le moment, j’ai du mal à croire que c'est fait. J’ai besoin d’un moment pour me détendre, je vais m’asseoir un peu pour comprendre ce qu’il s’est passé. Pour moi, c’est… Je n’ai pas les mots !"

Lire aussi:

Joan Mir est le nouveau Champion du monde MotoGP ! Course - Morbidelli résiste à Miller, Mir entre dans l'Histoire !

Mir a confié au micro de DAZN qu'il avait "beaucoup souffert" sur la Suzuki durant la course. "J'avais une peur étrange, je prenais des risques mais j'essayais de ne pas partir à la faute, les peurs s'enchaînaient, la moto était imprévisible, heureusement tout s'est bien passé finalement", souligne le Majorquin.

Mir ne pensait pas pouvoir devenir Champion du monde dès sa deuxième saison avec Suzuki, qui a une structure plus modeste que plusieurs constructeurs du MotoGP. "Je pourrais citer beaucoup de monde, mais cela prendrait du temps parce qu'énormément de gens m'ont aidé au cours de ma carrière. Merci à Suzuki pour l'opportunité qui m'a été donnée, nous avions un objectif à long terme et je suis sans voix de l'atteindre lors de la deuxième année, maintenant je vais le fêter avec eux et ma famille."

"Quand j'ai signé pour Suzuki, je me suis dit que gagner avec eux était une magnifique opportunité, c'est une famille très petite, beaucoup plus que les autres usines", a ajouté Mir. "C'est plus dur de gagner avec Suzuki, je ne pourrais être plus reconnaissant que ça ait été aussi rapide, en seulement deux saisons."

Ce Grand Prix de Valence a également vu la marque de Hamamatsu remporter le championnat des équipes, tandis que dans celui des constructeurs, elle est à égalité avec Ducati, laissant un dernier enjeu de taille pour la dernière course de la saison, dans une semaine sur le circuit de Portimão. La deuxième place du championnat pilotes devra également être attribuée, Morbidelli étant désormais le mieux placé grâce à son troisième succès de la saison ce dimanche.