Joel Embiid offre la victoire à Philadelphie à la dernière seconde face à Toronto

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Grâce à un panier à trois points à huit dixièmes de la fin de la prolongation, le pivot des Philadelphia Sixers, Joel Embiid, a offert la victoire aux siens sur le parquet des Toronto Raptors (101-104 a. p.) et porté le score à 3-0 dans la série.

Il a fait cela comme un grand. Ou plutôt comme un « petit », avec une aisance, une rapidité foudroyante, une dextérité magnifique. Alors qu'il ne restait que deux secondes et six dixièmes à jouer dans ce troisième match de la série face aux Toronto Raptors, lequel s'était étiré jusqu'en prolongation, le pivot des Philadephia Sixers Joel Embiid a été servi sur remise en jeu par Danny Green, s'est retourné prestement, a armé sans forcer et planté le primé assassin qui envoie désormais « Phila » à un succès de la qualification (3-0) et Toronto dans les tréfonds du désarroi (101-104, a.p.).

lire aussi

Toute l'actu de la NBA

Ce n'est pas une première, le pivot All-Star, qui tourne cette année à 37 % à 3 points en saison régulière, a déjà rentré quelques tirs décisifs derrière l'arc dans sa carrière. Mais celui-ci risque de compter plus que les autres encore et surtout de faire très mal aux têtes canadiennes. « C'est sûrement le shoot le plus important de ma carrière, mais le travail n'est pas fini », commentait-il sur le terrain à la sortie.

Comme lors du match 2, où il avait déjà régalé (31 points, 11 rbds), le pivot de 2,13 m a une nouvelle fois brillé, dans des standards similaires (33 pts, 13 rbds), avant d'être éminemment décisif, bien épaulé par Tyrese Maxey (19 pts), plein de sang-froid dans l'overtime, alors que James Harden (19 pts, 10 passes) était cloué sur le banc pour six fautes.

Et pourtant, Embiid aurait pu se frustrer lorsqu'on lui comptabilisait une faute peu évidente après un contre sur OG Anunoby à 26 secondes de la fin. L'ailier britannique rentrait un lancer-franc sur deux et mettait les deux équipes dos à dos (101-101). Mais le Camerounais ravalait sa rage de l'instant, pour « planter » ce tir victorieux et porter Philadelphie tout près de l'en-but désormais.

Les Sixers n'ont pas mené une seconde dans le temps réglementaire

Pourtant, tout ne fut pas tranquille pour les Sixers, qui s'étaient jusqu'alors promenés dans la série. Mené un temps de 17 points en début de deuxième quart-temps par des Raptors, beaucoup plus agressifs défensivement que lors des deux duels précédents, « Phila » gâchait bon nombre de ballons (15 pertes de balle en première mi-temps).

En face, Toronto, qui avait paru émoussé lors du match 2, avait refait du jus et posait à nouveau un basket construit et altruiste, avec Fred VanVleet, maladroit (3/13 aux tirs) mais mieux à la baguette (9 passes, 0 balle perdue), un Gary Trent Jr. plus saignant (24 pts), un OG Anunoby encore nickel (26 pts) et la sortie de banc ultra-précieuse de Precious Achiuwa (20 pts à 9 sur 11 aux tirs, 6 rbds).

Si Phila retrouvait un peu de contrôle en deuxième mi-temps et haussait son intensité défensive pour recoller, la troupe de Doc Rivers n'allait pourtant pas mener une seule seconde de tout le temps réglementaire, arrachant la prolongation sur un lancer-franc de James Harden à 50 secondes du terme régulier. Le reste, ce shoot tombé du ciel, appartenait à un géant, Joel Embiid.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles