Johan Clarey, 2e de la descente de Kitzbühel : « Un moment incroyable »

Johan Clarey exulte sur le podium à Kitzbühel samedi. (H. Bezard/Agence Zoom)

Pour sa dernière course sur la mythique piste autrichienne de Kitzühel, le Français Johan Clarey savoure sa deuxième place.

Johan Clarey, 2e à 0''67 du Norvégien Aleksander Aamodt Kilde, vainqueur de la descente à Kitzbühel : « Je suis trop content. Quand je passe la ligne en vert pour mon dernier Kitz, ça a été un moment incroyable. J'ai eu un autre état d'esprit aujourd'hui (samedi), j'étais moins tendu qu'hier (18e de la première descente), j'étais plus dans le plaisir. J'ai pris énormément d'énergie du public avant de partir. Je suis encore tombé derrière un Aleks (Kilde) énorme, donc c'est que du bonheur.

Je suis encore deuxième mais c'est pas grave, je suis derrière un mec qui est quasi imbattable en ce moment. Ça a été des montagnes russes pour moi ces derniers temps. Un grand merci à ma femme qui a été exceptionnelle avec moi, elle a vécu des moments difficiles, elle est restée au soutien, c'est à elle que je dédie cette 2e place. La Streif ne va pas me manquer sur le coup. Mais tout le monde me dit que ça finira par me manquer. Je viendrai de l'autre côté de la barrière, ce sera super. »

Adrien Théaux, 15e à 1''88 : « Il vaut mieux que je ne regarde pas mes inter (temps intermédiaires) parce que ça va me gonfler, c'est ce que m'ont dit les mecs en bas. Mais personne ne me double dans les dossards après moi. Je suis dans le coup jusqu'à l'Hausberg, après je sentais que j'étais un peu sur le fil, je manquais un peu de cannes et de repères, j'aurais pu prendre tous les risques en bas, je ne l'ai pas fait car j'ai senti que j'étais limite physiquement. Mais je reviens (de blessure), et avec le mauvais temps, ça reste une très bonne course.

Cyprien Sarrazin, marqué au visage après sa chute : « J'ai un peu tapé du côté de la tête, j'avais un protège-dents qui m'a ouvert un peu sur la lèvre, et à l'intérieur. Mais rien de bien méchant, je n'ai pas mal, la mâchoire n'a rien, la glace a juste brûlé un peu. Je n'ai pas mal autre part non plus, juste un peu le dos coincé mais l'ostéo va faire du bon boulot (sourire). Ça fait deux belles chutes (en deux week-ends, avec Wengen) où je n'ai rien, j'ai de la chance. Il y avait encore une belle course à faire, et c'est quand même pas cool de prendre les filets à chaque fois. J'arrive à me relever, mais ça use, va falloir que je bosse là-dessus. »