Jonas Vingegaard : « Je devais tenter des choses » face à Tadej Pogacar

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Vainqueur pour la première fois sur le Tour, Jonas Vingegaard a fait craquer Tadej Pogacar mercredi lors de la 11e étape, dans le col du Granon, et pris le maillot jaune. « Un rêve » pour le Danois.

« C'est votre première victoire sur le Tour, avec presque 3 minutes d'avance sur Tadej Pogacar. Qu'est-ce que ça vous fait ?
J'étais un peu surpris que l'écart soit si grand. En même temps, c'était super chaud comme étape. Depuis le bas du Télégraphe, on a roulé à fond, attaqué, jusqu'à la fin du Galibier. On avait prévu de rendre la course brûlante, car plus difficile elle était, plus on pensait pouvoir creuser l'écart à mon avantage. J'ai pris beaucoup de temps, mais je n'aurais jamais réussi ça sans mon équipe.

lire aussi

Toute l'actualité du Tour de France

Quel était le plan ?
On y a réfléchi depuis plusieurs mois : le plan était de mettre la pression sur les deux étapes (mercredi et jeudi). Aujourd'hui, on voulait attaquer de loin. Le premier objectif était d'avoir quelqu'un dans l'échappée, ce qu'on a réussi avec Wout (van Aert). Ensuite, on voulait essayer quelque chose avec Primoz (Roglic), accélérer dans le Télégraphe, afin de challenger Tadej. Et Primoz a montré aujourd'hui (mercredi) quel grand coureur il est. On a réussi. Moi, je me sentais encore bien sur la fin, j'ai réussi à gagner l'étape.

« Le Granon était quand même violent. Les deux derniers kilomètres, je souffrais tellement, je voulais juste en finir, j'étais totalement à la limite depuis un kilomètre déjà et je devais me battre jusqu'à la fin. »

Avez-vous vu que Pogacar souffrait ?
Non, pas vraiment. Mais j'ai saisi ma chance. Je me disais que soit eux (UAE) allaient durcir la course, soit j'essayais d'attaquer moi. Par chance, j'ai pu attaquer et créer un écart sur Tadej. Je suis évidemment super heureux et fier de ça.

C'était une vraie prise de risque de votre part...
C'est vrai. D'un autre côté, j'ai déjà terminé 2e du Tour l'an passé, Primoz a déjà réussi ça aussi pour l'équipe (en 2020). Si je n'avais pas essayé quelque chose face à Tadej, j'aurais encore fini deuxième, à coup sûr. Donc je devais tenter des choses pour aller chercher la victoire que je veux vraiment, ce que j'ai pu faire aujourd'hui, avec un travail fantastique de l'équipe. On a montré notre mentalité, notre force.

Voir l'écart monter si vite vous a-t-il galvanisé ?
C'est sûr que cela me donnait de l'énergie. Mais le Granon était quand même violent. Les deux derniers kilomètres, je souffrais tellement, je voulais juste en finir, j'étais totalement à la limite depuis un kilomètre déjà et je devais me battre jusqu'à la fin. Pour être honnête, quand on a fait la reconnaissance des cols alpins avec l'équipe, je n'ai pas escaladé cette dernière côte, je suis monté dans la voiture. Donc je n'avais pas l'expérience du col, mais je l'ai maintenant et je peux dire que c'était violent.

« Je m'attends à ce qu'il (Pogacar) essaye de m'attaquer tous les jours, dès qu'il en aura l'occasion. »

Vous attendez-vous à une réaction de Pogacar jeudi ?
Bien sûr qu'il réagira. Je le vois toujours comme un de mes principaux adversaires, c'est un énorme coureur, sûrement le meilleur au monde. Lui prendre le maillot jaune, à lui, c'était impensable. Je m'attends à ce qu'il essaye de m'attaquer tous les jours, dès qu'il en aura l'occasion. Ce sera une course difficile jusqu'à Paris, on essaiera de faire de notre mieux tous les jours pour la gagner. Ce sera une belle bataille.

Qu'est-ce que ça vous fait d'être en jaune pour la première fois ?
Ça me laisse sans voix. Depuis que j'ai commencé le vélo, je n'aurais jamais pu penser porter le maillot jaune, ni gagner une étape. C'est vraiment un rêve, et même si je dois le perdre, je serai toujours super fier d'avoir porté le maillot jaune sur le Tour de France. C'est la plus grande course au monde et j'en suis le leader, donc c'est dur de mettre des mots sur ce qui m'arrive. »

lire aussi

Le classement général du Tour

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles