Jonathan Clauss (OM) avant la réception du LOSC : « On n'est pas des robots »

Après la première défaite de la saison de l'OM à Tottenham mercredi (0-2) et avant la réception de Lille ce samedi (21 heures), Jonathan Clauss est notamment revenu en conférence de presse sur le bon début de saison des pistons, lui et Nuno Tavares.

« Comment vivez-vous la première défaite de la saison contre Tottenham (défaite 2-0, mercredi en Ligue des champions) ?

Ce n'est jamais agréable. Mais il y a des circonstances, des faits de jeu qui l'explique. Il faut en tirer du positif. On a bien dérangé Tottenham. On s'attendait à une équipe plus entreprenante. Si l'adversaire décide de ne pas sortir, c'est compliqué de trouver la faille. Il ne nous manque pas grand-chose offensivement. On a des choses à parfaire mais dans l'ensemble c'est cohérent. Et ce fait de jeu (l'expulsion de Mbemba à la 47e) nous plombe. On a montré du caractère, du sérieux, de l'implication. Il faut switcher sur Lille qui arrive vite.

lire aussi

Frustré par Tottenham, l'OM quand même sur la bonne voie

Comment s'organise le jeu des pistons entre vous et Nuno Tavares ?

C'est beaucoup dans la concentration et dans la vision. Quand Nuno va presser, je resserre dans l'axe pour passer quasiment à une défense à quatre. Pareil de l'autre côté pour Nuno. C'est surtout à l'appréciation de l'action, dès fois on monte tous les deux. Il y a des moments où on doit l'éviter et des moments où on y va. Nuno et moi, on n'est pas des robots et on ne sera pas décisifs à tous les matches, toute l'année. Mais on sait gérer différemment parfois en défendant bien.

Vous attendiez-vous à sortir à la 70e contre Tottenham ?

Non, ce n'était pas spécialement prévu. Le coach fait ses choix. Je pourrais aller lui demander une explication. Mais on n'a pas le temps pour se plaindre. Si tous les joueurs faisaient ça, il y aurait du monde dans son bureau.

À Lens, vous frappiez certains coups de pied arrêtés. Cela vous démange à l'OM ?

Non, ça ne me démange pas. Je ne sais pas si le coach est au courant que je sais les tirer. Mais il a ses directives et il sait ce qu'il fait.

En signant à l'OM, avez-vous l'impression d'avoir changé de dimension ?

Médiatiquement, oui. J'ai l'impression de passer beaucoup de temps sur mon téléphone, mais j'aimerais y être un peu moins. Mais la pression je m'en suis toujours mis, peu importe l'équipe ou je joue. Je suis exigeant avec moi-même. Je suis toujours à fond. Ce que je veux montrer sur le terrain, c'est cette exigence.

lire aussi

Le parcours de Clauss (Lens), du foot amateur à l'équipe de France

Faire de bonnes performances en Ligue des champions est-il indispensable dans l'optique d'être retenu avec les Bleus pour la Coupe du monde ?

Si j'étais focalisé sur l'équipe de France, je perdrais l'objectif principal. Je suis focalisé sur l'OM, j'ai déjà assez de pression. Les Bleus, c'est l'objectif ultime mais ce n'est pas pour autant que je me projette. Si je suis bon pour Marseille, j'aurai une chance d'être en bleu. »

lire aussi

Toute l'actualité de Ligue 1

Tudor : «Quelques changements» pour affronter le LOSC