Joris Daudet, 3e aux Mondiaux de BMX à Nantes : « Il faut tout savourer »

Joris Daudet (à droite) a terminé 3e des Mondiaux derrière le Suisse Simon Marquart et le Britannique Kye Whyte. (Q. Robardet/L'Equipe)

Troisième des Championnats du monde de BMX à l'issue d'une course haletante, Joris Daudet est satisfait de cette médaille de bronze, même s'il visait le titre comme en 2011 et 2016. Le Français regrette aussi que ses compatriotes ne soient pas parvenus à l'accompagner sur le podium.

« Quelle saveur a cette médaille de bronze ?
C'est super même si ce n'est pas exactement ce que j'étais venu chercher. On vise toujours le titre. Mais il faut tout savourer, et je compte bien le faire. Encore plus en France, devant notre public. C'était mon premier Championnat du monde Elite en France, et j'en ai fait un paquet (rires). Après, je suis aussi désolé pour mes potes qui sont tombés...

Racontez-nous cette course aux multiples rebondissements...
Je suis pas bien parti du tout. Je touche la grille au départ, et ensuite j'essaye d'éviter les chutes dans la première ligne droite. Au final, je sors quatrième, et la deuxième section est meilleure. Je fais un beau deuxième virage duquel je sors deuxième, mais avec un petit manque de vitesse. Au final, je me fais rattraper (par le Britannique Kye Whyte) mais j'arrive à garder la troisième place, sans pouvoir en faire plus. C'était quand même une très belle course.

« Plus de Français on est, plus c'est compliqué car on veut tous la même chose : gagner »

Quatre Français étaient au départ de la finale, et seulement une médaille au final. Comment l'expliquez-vous ?
Plus de Français on est, plus c'est compliqué car on veut tous la même chose : gagner. C'est un sport à risques, presque un sport de combat. Malheureusement, ça se touche. Mais bon, c'est la loi du BMX. Après, Eddy (Clerté) était bien parti, deuxième, et moi je finis troisième donc on a quand même montré qu'on était là. Tout le monde espère qu'on va faire un triplé mais ça reste très compliqué, surtout dans des compétitions avec ce niveau-là !

Avoir le soutien du public français comme c'était le cas ce dimanche, ça fait la différence ?
C'était vraiment la folie. Ils étaient à fond derrière nous, et la configuration de l'arène faisait qu'ils étaient vraiment proches, c'était exceptionnel et ça nous a vraiment aidés à tout donner.

Les performances des Français et l'organisation d'une compétition comme les Championnats du monde sont de bon augure pour les prochaines échéances, notamment les JO de Paris 2024 ?
C'est de bon augure, oui. Mais les saisons sont longues, et les années aussi. On va continuer à rester en forme, à se préparer et on verra ce qu'il se passe. Mais bien sûr, on essayera d'être là au meilleur niveau pour les prochaines compétitions. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles