José Fonte (Lille) : « On peut compter sur moi »

José Fonte, aux côté de Benjamin André lors du match à Lyon (0-1). (B. Papon/L'Équipe)

José Fonte, solide capitaine de Lille, bientôt 39 ans, espère être dans liste portugaise pour la prochaine Coupe du monde au Qatar (20 novembre-18 décembre).

Suspendu face à Monaco (4-3 le 23 octobre), José Fonte dispute ce dimanche face à Rennes (17h05) son treizième match en faveur du LOSC qui sera privé face aux Bretons de ses deux latéraux gauche, Ismaily, victime d'une pointe à une cuisse à Lyon (0-1, dimanche) et forfait jusqu'à la trêve internationale, et de Gabriel Gudmundsson, opéré d'une pubalgie et indisponible au moins jusqu'en 2023. Le capitaine lillois estime prioritaire le gain de ses deux derniers matches à domicile pour coller aux places européennes et avoue se sentir de mieux en mieux, disponible pour le sélectionneur portugais s'il souhaitait l'emmener au Qatar.


lire aussi

Le classement de la Ligue 1

« Avez-vous trouvé d'autres explications à votre défaite dimanche dernier à Lyon (0-1) ?
Il n'y en a pas plus. Nous n'avons pas pris les trois points que nous méritions. C'est la dure réalité. Maintenant, nous avons deux matches à domicile. Si on a la capacité de l'emporter face à Rennes (dimanche) puis contre Angers (13 novembre), cela fera un bilan de cinq victoires sur les six derniers matches. Ce sera un match très difficile contre Rennes, une très bonne équipe avec un très bon entraîneur.

Vous avez déjà perdu cinq fois cette saison. La réception de Rennes revêt-elle une pression supplémentaire ?
Au LOSC, on a toujours la pression car on est habitués à gagner. Il faut vivre et gagner avec. On aimerait avoir gagné à Lyon. Mais on se concentre désormais sur Rennes. On ne peut pas rester beaucoup de temps à ressasser la défaite à Lyon. On a quand même connu sept victoires cette saison. On est 7e au classement. Pas trop loin des places européennes, notre objectif. Peut-être qu'on va parvenir à faire une série phénoménale de 5, 6, 7, 8 victoires.

Cinq points vous séparent de Rennes au classement. Le fait qu'ils jouent l'Europe est-il un avantage pour Lille ?
Ça dépend comment vous voyez les choses. Rennes fait des bons résultats. Mentalement, ils sont bien et positifs. Quand tu gagnes, tu ne penses pas à la fatigue. Je m'attends à un match difficile. J'ai envie que notre équipe développe un bon football devant son public.

Changer de partenaires en défense centrale présente-t-il pour vous une difficulté supplémentaire ?
Pour moi, ce n'est pas compliqué de m'adapter. La vérité, c'est que tu as des partenaires qui changent. Et tu as besoin de trouver cet équilibre en leur compagnie. Cela prend du temps. Il faut s'appuyer sur l'expérience de jouer ensemble. Avec Sven Botman (transféré cet été à Newcastle/ANG), c'était très facile de jouer après avoir passé deux saisons ensemble. Mon job, c'est d'essayer au quotidien d'aider partout, de bien communiquer. De faire grandir tous les joueurs autour de moi.

Comment jugez-vous votre début de saison ?
On a beaucoup de nouveaux joueurs, un nouvel entraîneur. Je trouve qu'on a démarré positivement. On joue le foot le plus attractif, le plus spectaculaire depuis que je suis là il y a cinq ans. On aimerait être plus haut au classement. On a cette capacité. On est proches des places européennes. On a tout pour gagner et jouer.

Et à titre personnel ?
J'ai échangé avec le président (Olivier Létang) l'autre jour. Je lui ai dit que je commençais à me sentir très bien. Le début de saison était compliqué mais pas juste pour moi. On joue de manière différente. On prend plus de buts, c'est vrai. Mais ce n'est pas que ma faute. On défend ensemble et on attaque ensemble. On est beaucoup mieux défensivement, plus solides, plus compacts. On commence à développer nos habitudes. Ça se voit sur les résultats. Personnellement, je commence à me sentir beaucoup mieux. Je veux continuer d'élever mon niveau.

Vous avez été un peu plus critiqué cette saison. Comment avez-vous réagi ?
C'est normal. J'ai 38 ans. Je sais ce que j'ai fait. Tu as des responsabilités quand tu es capitaine et une des figures les plus expérimentées. La critique fait partie du jeu. Je me battrai tous les jours pour montrer que j'ai un grand niveau. J'ai quasiment 800 matches à mon actif. Je l'accepte. Ça me donne de la force. Je commence à montrer qu'on peut compter sur moi.

Espérez-vous aller à la Coupe du monde ?
Déjà, c'est important d'être dans la liste des 55. C'est phénoménal. Je joue. Je me sens bien. Si l'entraîneur a besoin de moi, je serai là. J'aimerais y être. Cela dépend de M. Santos. Mais je suis tranquille. Je sais que pour avoir une chance, j'ai besoin d'être à un bon niveau dans mon équipe de club. Faire un bon match contre Rennes est une priorité. Après, on regardera la liste tranquillement. On a déjà Pepe, Danilo à Paris qui est dans un bon moment, Ruben Diaz qui apporte l'expérience de la Premier League, Tiago Djalo et d'autres joueurs qui montrent un bon niveau. L'équipe nationale a des solutions. J'en suis une autre. »


lire aussi

Toute l'actualité de Lille