Jouer jusqu'au milieu de la nuit ? L'organisation de l'Open d'Australie valide

Andy Murray a passé 10 h 34 sur les courts en deux matches. (Reuters)

Finir des matches au milieu de la nuit, comme Andy Murray jeudi, pose question pour la santé des joueurs.

Quelques heures après l'insensé combat nocturne d'Andy Murray contre Thanasi Kokkinakis, au deuxième tour, qui s'est terminé à 4h05 après un effort de cinq heures quarante-cinq (4-6, 6-7 [4], 7-6 [5], 6-3, 7-5) au terme duquel l'Écossais de 35 ans marchait très doucement dans les coursives du stade et se demandait à qui pouvait bénéficier ce genre d'horaire et « de farce », des voix se sont élevées pour réclamer la fin de ces programmations tardives.

Le sujet revient à chaque fois qu'un match se prolonge dans la nuit au risque de n'avoir que deux perdants, car le vainqueur est souvent dans l'impossibilité de récupérer ses moyens pour le tour suivant. Éliminé vendredi par le jeune Tchèque Jiri Lehecka, Cameron Norrie était inquiet pour son compatriote : « La suite risque d'être brutale, pour lui, après avoir fini à une heure aussi ridicule ». Martina Navratilova s'est émue de la situation sur Twitter, réclamant une réflexion pour raccourcir tout cela. Jamie Murray a volé au secours de son frère : « Nous ne pouvons pas continuer à solliciter les joueurs jusqu'aux petites heures du matin. C'est une honte pour toutes les personnes concernées, joueurs, supporters, bénévoles travaillant sur l'événement... »

Attaqué, le patron de l'Open d'Australie s'est défendu vigoureusement. Craig Tiley a dit sur Channel 9 que cela faisait partie de la vie d'un Grand Chelem et que ça allait puisque ce n'était pas si fréquent : « Normalement, avec deux matches lancés à 19 heures, dans une fenêtre de cinq heures, vous avez souvent la possibilité de boucler deux matches. N'en lancer qu'un vous fait courir le risque, pour le diffuseur et le public, d'une blessure qui ne vous laisserait plus rien sous la main. On est toujours attentif aux meilleures solutions, mais on doit faire rentrer le tournoi dans les quatorze jours dont on dispose et il n'y a pas une multitude d'alternatives. À ce stade, il n'y a pas lieu de modifier la programmation. »

lire aussi : Le tableau hommes

Ce samedi, Andy Murray commencera son troisième tour à 19 heures, heure locale, contre Roberto Bautista Agut. Mais dans quel état ?