Les joueurs russes et biélorusses autorisés à disputer Roland-Garros

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Le Russe Daniil Medvedev à Roland-Garros, l'an dernier. (J. Prévost/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Gilles Moretton, le président de la Fédération française de tennis, a rappelé jeudi que les joueurs russes et biélorusses seraient autorisés à disputer Roland-Garros sous le régime de la stricte neutralité.

Le vent de Wimbledon ne devrait pas souffler jusqu'à Roland-Garros. La posture radicale prise la semaine passée par les organisateurs du tournoi (AELTC) et l'interdiction faites aux joueurs russes et biélorusses de disputer le Majeur britannique, justifiées par de nouvelles mesures gouvernementales en réponse à l'invasion de la Russie sur le sol ukrainien, n'a pas fait bouger d'un iota la position de la FFT.

À date, la Fédération française de tennis et la direction de Roland-Garros s'en tiennent à la déclaration commune des ministres des Sports de 36 pays, signée le 9 mars dernier, qui autorise les sportifs russes et biélorusses à concourir sous bannière neutre, à l'exclusion des sélections nationales, bannies, elles, des compétitions internationales.

Gilles Moretton, président de la Fédération française de tennis

« Pas de drapeau, pas d'hymne. Point. Notre position (sur les athlètes russes et biélorusses) est celle-là et on l'applique »

« La position n'a pas changé. À date, on s'inscrit dans la continuité de la déclaration du 9 mars 2022 de l'ensemble des ministères des sports de l'Union européenne et d'autres pays signataires, qui vise à imposer aux athlètes russes et biélorusses un régime de stricte neutralité. Donc pas de drapeau, pas d'hymne. Point. Nous on en reste là. La position est celle-là et on l'applique », rappelait jeudi Gilles Moretton, sans vouloir commenter la position tenue par Wimbledon et le gouvernement britannique. « On ne va pas rentrer dans le jugement et l'appréciation du gouvernement UK. Chacun a sa position. Ça se passe au-dessus du petit tournoi de tennis que nous sommes. »

Tsonga ? Des wild-cards « évidentes »

Sur le sujet des wild-cards à distribuer pour Roland-Garros (22 mai-5 juin), Gilles Moretton a précisé que rien n'avait été encore décidé. « Avec Amélie (Mauresmo, directrice du tournoi) et Nicolas Escudé (DTN), on va en parler et se prononcer, mais il y en a qui sont évidentes », a-t-il glissé. En ce sens, l'invitation à Jo-Wilfried Tsonga pour fêter sa fin de carrière Porte d'Auteuil semble ne faire aucun doute. « On ne peut pas dire aujourd'hui qu'il l'a, on ne peut pas dire non plus qu'il ne l'a pas. Mais ce serait délicat de ne pas donner de wild-card à Jo-Wilfried Tsonga », a conclu le président de la FFT.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles