Le jour où Senna gagna avec 0"01 d'avance !

Guillaume Navarro
motorsport.com

Le 13 avril 1986, avec une avance d'un centième de seconde ! C’est sur le circuit espagnol de Jerez que ce grand classique s’est tenu.

Un mois avant cette course fascinante, Frank Williams connaissait le plus grand revers de sa vie en étant victime d’un grave accident de la circulation avec le journaliste Peter Windsor (ex-copropriétaire de US F1), à l’époque responsable des relations presse du team. C’est à cette occasion que Sir Frank perdit l’usage de ses jambes. La course andalouse fut la première depuis l’accident et son pilote Mansell y passa à un souffle de signer la victoire.

<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Motorsport.com

Toute nouvelle, Jerez arborait 16 virages et arrivait au calendrier avec un nouveau challenge pour les pilotes. En qualifications, c’est Senna qui s’imposa avec sa Lotus Renault en 1'21"605, devant ses rivaux Nelson Piquet (Williams Honda) et Nigel Mansell, quatre dixièmes plus lent avec l'autre Williams. Alain Prost, avec la McLaren TAG, complétait la seconde ligne, devant Keke Rosberg (McLaren TAG) et René Arnoux (Ligier Renault).

Au départ, Senna conserva son avantage devant les deux Williams, tandis que Mansell connaissait rapidement des soucis de consommation de carburant (les monoplaces étaient alors limitées à 195 litres embarqués) et devait prendre la décision de lever le pied. Il lui fallut attendre plusieurs boucles pour recevoir de nouveau des informations rassurantes de son muret des stands et pouvoir recommencer à pousser, à partir du 19e passage. Dès lors, King Nigel se mettait en tête de rattraper son handicap accumulé lors des passages précédents.

Le Britannique remonta tant et si bien qu’il parvint à prendre le dessus sur Piquet 15 boucles plus tard, avant de prendre le commandement à Senna et de se ménager une avance de quatre secondes à dix tours de l’arrivée. Mais c’était sans compter sur l’usure des pneus, qui commençait à faire s’effondrer les temps de la Williams Honda.

Ayrton Senna, Lotus Renault franchit la ligne d'arrivée 0

Ayrton Senna, Lotus Renault franchit la ligne d'arrivée 0 <span class="copyright">Sutton Images</span>
Ayrton Senna, Lotus Renault franchit la ligne d'arrivée 0 Sutton Images

Sutton Images

En fin de course, Mansell était à la limite et Senna se voyait combler l'écart seconde par seconde. Tout allait se jouer dans les derniers mètres. "Nous avons disputé le final comme des sprinters du 100 mètres cherchant à couper le ruban et bien que je l’aie passé à la moitié de la ligne droite, il a traversé la ligne d'arrivée avec une avance de 0"014, soit 93 centimètres !" se remémore Mansell. "Si la ligne d’arrivée avait été 15 mètres derrière, j’aurais gagné la course. Et ces quelques points auraient fait la différence à la fin de l’année..."

Troisième et quatrième, Prost et Rosberg plaçaient les deux McLaren derrière les acteurs de ce fabuleux final.

En fin de saison, Mansell manqua le titre pour deux points face à Prost, sacré champion. Ayrton Senna se classa quatrième cette année-là, derrière son compatriote Nelson Piquet. Côté constructeurs, Williams Honda s’imposa avec 141 points (neuf victoires) devant McLaren et Lotus, créditées respectivement de quatre et deux succès en course.

Lire aussi :

Le 500e GP : Piquet résiste à l'abordage de Mansell

À lire aussi