Un jour, un transfert : Eusébio au Benfica Lisbonne : la "Rute" semée d'embûches

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

On mesure l'importance d'une personne à sa mort. Et ce 5 janvier 2014 a prouvé à quel point Eusébio était un immense monsieur. Au point que le Portugal a décrété trois jours de deuil national, avant de transférer sa dépouille un an plus tard au Panthéon. Du côté de l'Estádio da Luz, les supporters du Benfica - qui pour la plupart étaient trop jeunes pour avoir pu voir leur idole sur un terrain de football - sont venus en masse pour accrocher une écharpe sur la statue de l'ancien attaquant et rendre un dernier hommage à la Panthère noire. À quatre kilomètres de l'antre du Benfica, le parvis de l'Estádio José Alvalade XXI est désert. Pourtant, dans un monde parallèle, ce sont les supporters du Sporting Portugal qui auraient dû être inconsolables et pleurer la mort de la plus grande légende de leur club, pendant que ceux du Benfica perdaient "seulement" une icône nationale. Ce monde parallèle n'a pourtant rien de si improbable que ça. Il…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles