Judith Chemla révèle avoir été victime de violences conjugales

Judith Chemla prise en photo le 9 juin 2022 à Paris. (Photo: Edward Berthelot via Getty Images)
Judith Chemla prise en photo le 9 juin 2022 à Paris. (Photo: Edward Berthelot via Getty Images)

Judith Chemla prise en photo le 9 juin 2022 à Paris.  (Photo: Edward Berthelot via Getty Images)

VIOLENCES CONJUGALES - Un témoignage bouleversant. Ce dimanche 3 juillet, l’actrice Judith Chemla a confié avoir été victime de violences conjugales de la part de son ex-compagnon. La comédienne a partagé sur Instagram une série de photos où elle apparaît le visage tuméfié. Des clichés accompagnés d’un long message, dans lequel elle ne cite jamais le nom de celui qu’elle accuse, simplement désigné comme le “père de sa fille.”

“Il y a un an mon visage a été blessé, du bleu, du violet sous mon œil, je me suis vue déformée. Il y a un an j’ai regardé mon visage dans la glace et j’ai su que je ne pourrai plus me voiler la face, écrit-elle dans un premier temps. Le père de ma fille. Ceux qui sont capables de faire ça il faut qu’ils soient hors d’état de nuire. Mais comment ? Je n’ai pas honte de cette photo.”

L’actrice, vue notamment dans Camille Redouble en 2012, raconte ensuite que le concerné continue de lui nuire encore aujourd’hui. “Il devrait avoir honte aujourd’hui, un an après, au lieu de continuer à faire pression sur moi, de penser qu’il a encore les moyens de me manipuler, au lieu de pourrir la tête de mon enfant il devrait avoir honte et se faire discret, rechercher vraiment à être pardonné”, livre-t-elle.

“Je n’en peux plus. J’exige d’avoir la paix”

“Retourner au commissariat une 3e fois? Déposer une 3e plainte en 1 an? Être dans le milieu du cinéma, et avoir l’épée de Damoclès de 8 mois de prison avec sursis... ça ne suffit pas? (...) Que faut-il pour qu’il me laisse tranquille?”, se désespère-t-elle, se disant ”à bout”.

Elle surenchérit: “Aller vraiment en prison? Il jouera encore à la victime auprès de ma fille et elle souffrira de ne pas voir son père. Que je garde ça pour moi? Il se sentira encore au dessus des lois continuera de se plaindre et de contester les décisions de justice auprès de sa fille de 5 ans, qu’il voit pourtant comme un père normal qu’il n’est pourtant pas.”

“Il continuera de croire qu’il est en mesure de faire pression sur moi et de me harceler moralement. Je n’en peux plus. J’exige d’avoir la paix. C’est plus clair comme ça?”, conclut-elle.

Un message choc qui a très vite suscité de nombreuses réactions. Parmi lesquelles celles de plusieurs personnalités qui ont manifesté leur soutien à la comédienne de 37 ans. “Tu as tout mon soutien. Quel enfer”, commente la chanteuse Juliette Armanet. “Je t’aime ma poupée. Ma courageuse”, écrit de son côté l’actrice Géraldine Nakache. “Avec toi Judith”, lance l’humoriste Manu Payet. Reda Kateb, Céline Sallette, Zabou Breitman ou encore Frédérique Bel ont aussi réagi sous la publication.

À voir également sur Le HuffPost: Au Sénat, Valérie Bacot témoigne sur le “syndrome de la femme battue”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles