Judo - Martine Dupond prochaine DTN de la Fédération française de judo

·2 min de lecture

L'ancienne internationale Martine Dupond doit succéder à Max Bresolin au poste de directrice technique nationale (DTN) de la Fédération française de judo. La nomination n'est pas encore concrètement actée en termes administratifs mais Martine Dupond sera la nouvelle directrice technique de la Fédération française de judo. « Roxana Maracineanu (la ministre déléguée aux Sports) a validé ce choix oralement », précise Stéphane Nomis, le président de la FFJDA. Martine Dupond succédera ainsi à Max Bresolin, DTN par interim depuis début 2021 dans la foulée de l'élection de Stéphane Nomis à la tête de la FFJDA après le long bail de Jean-Luc Rougé. Stéphane Nomis, président de la FFJDA. « La DTN ne s'occupe plus de la haute performance. La haute performance c'est Larbi Benboudaoud qui dépend de moi, la DTN dépend du directeur général, Sébastien Nolesini. La DTN a en charge le développement du judo » Max Bresolin avait pris le relais de Jean-Claude Senaud (DTN depuis 2009) et son interim doit s'achever fin septembre. Max Bresolin comptait parmi les trois derniers candidats avec Martine Dupond donc et Vincent Rognon. « On a estimé que Martine Dupond est la personne la plus cohérente pour driver le développement du judo et la pression de Paris 2024 » justifie Nomis. Qui insiste sur un changement en termes de fonctionnement : « Je suis dans la position de Claude Onesta (manager de la haute performance de l'Agence Nationale du Sport), à savoir que la DTN ne s'occupe plus de la haute performance. La haute performance c'est Larbi Benboudaoud qui dépend de moi, la DTN dépend du directeur général, Sébastien Nolesini. La DTN a en charge le développement du judo. Séparer les deux est la meilleure solution car on ne peut pas faire les deux correctement. » Martine Dupond, le choix de l'expérience À 54 ans, Martine Dupond n'est pas nouvelle dans la maison du judo français. Triple médaillée de bronze continentale (en 1987, 1988, 1993 en -48 kg), elle a été entraîneure nationale de 2009 à 2016, responsable de l'équipe de France féminine sur les olympiades 2012-2016 et était ces derniers temps DTN adjointe en charge de la formation et de l'enseignement. lire aussi À Tokyo, le judo français termine en apothéose Reste que cette femme d'expérience n'incarne pas forcément le renouveau que Nomis entendait instaurer. Le président en convient : « On est innovants mais dépendants du système aussi. J'aurais rêvé de gens innovants mais la pression de Paris 2024, le Covid, font que tout le monde ne veut pas forcément de ce poste. Avec la crise sanitaire, on a perdu 37 % de nos licenciés, de 600 000 à 370 000. La DTN va devoir relancer la machine. Le choix de Martine a été un choix collectif. » Femme de caractère, Martine Dupond semble avoir la carrure pour cela. Elle est la seconde femme (après Brigitte Deydier, de 2005 à 2009) à occuper le poste de DTN à la FFJDA. Ce mercredi soir, Stéphane Nomis s'envole pour Tokyo et les Jeux Paralympiques, en compagnie de Larbi Benboudaoud. L'occasion de plancher sur l'identité de son successeur en qualité de patron de l'équipe de France féminine. Un poste clé à trois ans des JO de Paris où le judo entend briller une fois encore, après ses huit médailles aux JO à Tokyo. lire aussi Les résultats du judo aux JO de Tokyo « En 2024, on va devoir faire plus. On a un bon bilan à Tokyo mais on aurait dû être meilleurs, avec au moins une médaille d'or en plus chez les femmes comme chez les hommes. Mais on a vu qu'on est tous dans la même barque », apprécie Stéphane Nomis, séduit par l'épreuve mixte par équipes, revenue aux Français face aux Japonais. « On a vu que le par équipe mixte a cartonné, il y a quelque chose à jouer. La France brille par équipe. On veut lancer une Ligue pro, avec 14 régions, 14 clubs. Des équipes mixtes. Il faut se moderniser, être innovants. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles