Judo - Mondiaux - Les Français frustrés par leur première journée aux Mondiaux de Budapest

·2 min de lecture

Ni Shirine Boukli (-48kg), ni Walide Khyar (-60kg) n'ont réussi à s'inviter sur un podium mondial (5e) ce dimanche à Budapest (Hongrie). Ses mots dépassent sa frustration légitime. « C'est inadmissible de faire ces erreurs. » Shirine Boukli s'agace. A vingt-et-un ans, la championne d'Europe 2020 ne devait certes pas disputer les Mondiaux à Budapest (Hongrie), mais elle considérait l'opportunité comme une chance d'accrocher un titre qui la fait rêver. L'ambitieuse repart bredouille, battue par l'Espagnole Julia Figueroa, puis par la Mongole Urantsetseg Munkhbat en repêchage. Deux filles qui se partageraient le bronze derrière les Japonaises Natsumi Tsunoda, sacrée après avoir éliminé Mélanie Clément au 3e tour, et Wakana Koga. Shirine Boukli « Ce n'est pas possible de perdre sur une fille qui a deux pénalités en golden score. Ce n'est pas acceptable » « Figueroa, je l'ai déjà battue, je savais ce que j'avais à faire. Je m'engage, elle profite d'une petite erreur. Même chose sur Munkhbat... Ce n'est pas possible de perdre sur une fille qui a deux pénalités en golden score. Ce n'est pas acceptable. J'espère que ça va me servir de leçon pour la suite », pestait encore Shirine Boukli, incapable de prendre de recul, de définir une once de positif dans cette expérience à sept semaines des Jeux olympiques. « J'ai pris une gifle mais je vais me relever », finissait-elle par nous écrire. lire aussi Les résultats en -48 kg (F) Et c'est exactement le message qu'envoyait Walide Khyar, tellement désabusé par une journée qui lui a échappé sans qu'on comprenne pourquoi. Après un succès aux pénalités face à l'Australien Katz, un ippon face au Marocain Bassou, le champion d'Europe 2016 (25 ans) a bien cru tenir une première médaille mondiale quand l'arbitre a infligé une troisième pénalité au Kazakh Gusman Kyrgyzbayev en demie. « Pendant deux secondes, je me suis vu en finale [...] C'est très bizarre que la table donne une info à l'arbitre sur le tapis mais qu'elle revienne sur sa décision », observait-il. En l'occurrence, le combat a dû reprendre et le Français a été battu sur waza-ari. « Le judo est devenu très tactique. Dans ma tête, j'avais compté les séquences... C'est horrible ! Ça va cogiter pendant des jours, des mois. » Walide Khyar « C'est dur. Je suis frustré, déçu. J'ai mis des choses en place dernièrement et j'avais à coeur de faire un très beau championnat du monde » Pour décrocher le bronze, il aurait fallu battre l'Espagnol Francisco Garrigos, champion d'Europe en titre. Raté. « C'est dur. Je suis frustré, déçu. J'ai mis des choses en place dernièrement et j'avais à coeur de faire un très beau championnat du monde. Ça aurait été une revanche pour moi. Il va falloir encaisser le coup. » Non qualifié pour les Jeux, où Luka Mkheidze représentera la France en -60kg, Walide Khyar estime qu'il avance dans une bonne dynamique et devine qu'il ne faudra « pas perdre de vue l'objectif plus lointain que prévu ». Car, si Shirine Boukli aura l'occasion d'effacer sa frustration à Tokyo, lui devra patienter jusqu'aux Jeux de Paris en 2024 pour assouvir son rêve olympique. lire aussi Les résultats en -60 kg (H)