Judo - Mondiaux militaires - Shirine Boukli sacrée aux Mondiaux militaires en -48 kg

·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Des quatre Français qualifiés pour des finales, seule Shirine Boukli a été sacrée championne du monde militaire samedi à Brétigny-sur-Orge (Essonne) en -48 kg. Dimanche, la championne olympique Margaux Pinot (-70 kg) va regoûter aux tatamis. C'est un premier titre mondial. Une médaille d'or obtenue en -48 kg par la matelot Shirine Boukli, qui a signé un contrat avec la Marine nationale en janvier 2021. À 22 ans, la jeune femme est la seule des quatre Français qualifiés pour les premières finales des Mondiaux militaires de ce samedi, organisés à Brétigny-sur-Orge (Essonne). Julie Weill Dit Morey a échoué face à l'Ouzbèke Diyora Keldiyorova (-52 kg), Jolan Florimont et Benjamin Axus ont respectivement été battus par l'Ouzbek Dilshodbek Baratov (-60 kg) et l'Autrichien Lukas Reiter (-73kg). lire aussi Les Mondiaux militaires avec Boukli et Pinot Shirine Boukli, championne du monde militaire. « Je suis très contente, c'est un titre à ne surtout pas négliger. Je savais qu'il y aurait des filles fortes. Une finale face à Dolgova, c'est ce que je voulais. » Boukli, elle, a fini par dominer au golden score une vraie cliente, la Russe Irina Dolgova, quadruple médaillée européenne en -48 kg, sacrée sur le continent en 2018... Comme la Gardoise Boukli en 2020. « Je suis très contente, c'est un titre à ne surtout pas négliger. Je savais qu'il y aurait des filles fortes. Une finale face à Dolgova, c'est ce que je voulais, dit-elle, consciente de la valeur de ce succès face à une combattante avec ce pedigree. Les dernières fois qu'on s'est prises, elle m'a posé des problèmes. J'avais gagné une fois puis perdu deux fois aux Masters et à Kazan. J'avais l'impression de ne pas trop avoir de solution. Je bosse sur ce genre de profils. C'était l'occasion. » Malgré la fatigue, Boukli s'est donc appliquée, notamment sur les mains, et a trouvé la parade. Pour ses prochaines sorties, après le bronze du tournoi de Paris, elle disputera les Championnats de France par équipes avant le Grand Prix d'Abu Dhabi (26-28 novembre). lire aussi Le calendrier de la saison 2021-2022 Margaux Pinot en quête de rachat Toujours aussi blessée par sa défaite au premier tour des Jeux Olympiques de Tokyo en -70 kg, Margaux Pinot accepte de considérer des Mondiaux militaires comme une jolie opportunité de relance. « C'est un peu tôt mais c'est un devoir, et je suis contente de reprendre la compétition par ces Mondiaux », affirme celle qui a défilé dans son costume de soldat d'infanterie, endossé depuis mars 2020. À 27 ans, elle entrera en lice dimanche face à quelques adversaires identifiées. Notamment la première, l'Ouzbèke Gulnoza Matniyazova, qui pointe à la 11e place mondiale quand la Française a glissé à la 10e après avoir été notamment n°2. « Ça va être bien pour prendre des repères, sans se mettre de pression, pour retrouver du plaisir après des Jeux loupés. » Margaux Pinot, qui rentre en lice ce dimanche. « Revenir avec cette étiquette de championne olympique par équipes, ça adoucit la défaite individuelle. » Pinot a, comme Shirine Boukli d'ailleurs, été balayée dès son premier tour des Jeux de Tokyo. Mais elle a ensuite été sacrée championne olympique par équipes avec les Bleus. « Je suis plutôt dans le négatif, intransigeante avec moi-même. J'ai eu du mal à le digérer mais j'essaie d'en sortir le positif, l'expérience, l'aspect mental, des axes de travail technique... Revenir avec cette étiquette de championne olympique par équipes, ça adoucit la défaite individuelle. Par rapport à Shirine pour qui ça a été vraiment dur (éliminée aussi dès le premier tour mais qui n'a pas disputé du fait de sa catégorie de poids la finale par équipes), c'est un beau titre qui met du baume au coeur. » Après avoir coupé deux mois, décrocher dimanche une médaille mondiale chez les militaires serait une autre manière de se projeter vers la suite, en particulier les Jeux Olympiques de Paris en 2024. lire aussi Toute l'actu du judo

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles