Judo - Stéphane Nomis (président de la Fédération française): « C'est la sidération en interne »

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Stéphane Nomis, le nouveau président de la Fédération française de judo, mesure la gravité de la situation après avoir pris connaissance de deux rapports émanant de la Cour des Comptes et du ministère des Sports. « Les rapports de la Cour des Comptes et de l'Inspection générale de l'Éducation, du sport et de la recherche (IGESR) montrent que les comptes de la Fédération sont dans le rouge foncé. Vous attendiez-vous à des dégâts d'une telle ampleur ?
Je ne commenterai pas ces documents, qui sont des rapports préliminaires nécessitant des réponses de notre part, réponses que nous réservons au ministère (chargé des Sports) et à la Cour des Comptes. Pendant toute la campagne électorale, on a dit que la Fédération perdait de l'argent, mais sans savoir exactement combien. On a aussi dit que le dossier du Grand Dôme était chaud, mais on ne le savait pas aussi chaud. On ne comprenait pas pourquoi personne, y compris le commissaire aux comptes, ne disait rien... lire aussi La Cour des Comptes et le ministère épinglent les mauvais comptes de la Fédération Quelles sont les premières mesures que vous envisagez de mettre en place ?
On a commandé un audit financier à un cabinet (PWC), qui a vu qu'on était dans la difficulté, et a eu l'extrême gentillesse de ne pas nous le faire payer. J'ai trouvé ça magique, j'ai cru que j'allais pleurer. Maintenant, on va faire appel à deux cabinets d'avocats qui vont analyser la situation. Aujourd'hui, c'est la sidération, en interne. On a eu un conseil d'administration le 17 décembre et quand on évoque la situation financière, les gens ne nous croient pas... Ils pensent qu'on est sur l'élan de la campagne électorale mais aujourd'hui, on est à moins 168 000 licences. On va devoir faire de la pédagogie. Là, on serre les boulons. On revoit tous les coûts et on les baisse. Ensuite, on essaiera d'augmenter les recettes. On veut tourner la page et repartir sur des bases saines. »