Judo - Violences sexuelles : un ancien cadre de la Fédération française de judo suspendu

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Un ex-cadre fédéral, soupçonné de plusieurs faits d'agressions sexuelles, a été suspendu de ses fonctions d'entraîneur. Un ancien membre du comité directeur de la Fédération française de judo, soupçonné de plusieurs agressions sexuelles, a été suspendu de ses fonctions d'entraîneur dans le Nord de la France, a-t-on appris vendredi de sources concordantes. L'homme d'une soixantaine d'années, ancien président d'une ligue régionale, et qui a passé quatre ans au comité directeur de la Fédération française entre 2012 et 2016, entraîne depuis de nombreuses années dans un club du Nord de la France. C'est le témoignage d'au moins une victime, membre du club, qui a déclenché la procédure, « mais le fil commence peut-être juste à se dérouler », a assuré une source proche du dossier. « J'ai eu la victime au téléphone mardi soir, et j'ai discuté avec elle. Et rien qu'avec sa déclaration j'ai pris une mesure conservatoire. C'est suffisamment grave pour que j'intervienne », a expliqué à l'AFP le président de la Fédération, Jean-Luc Rougé, qui avait travaillé aux côtés de cet entraîneur au sein du comité directeur. Et qui avait annoncé, face aux révélations récentes de violences sexuelles touchant le judo, son intention de prendre les choses très au sérieux. 20 cas sur 330 recensés par le ministère concernent le judo « Ça surprend toujours tout le monde. C'est vrai que c'est quelqu'un de particulier, mais de là à soupçonner ce genre de choses, pas du tout », a-t-il dit. Quelques jours plus tôt, un autre entraîneur du même club avait lui aussi été suspendu par la Fédération après avoir appris sa mise en examen pour viol sur mineur. « Les deux se connaissent très bien », assure cette source proche du dossier. « J'ai reçu un courrier de la Fédération et je sais d'où ça provient. On a émis des soupçons sur ma personne », a reconnu l'ex-membre de la direction de la fédération suspendu à l'AFP. « Ce sont des désaccords entre des personnes dans un club, ça peut être ça », a-t-il ajouté. « Je vais voir les suites que je vais donner de mon côté, quand même ». Une vingtaine de cas sur les 330 recensés par la cellule mise en place au ministère des Sports concernent actuellement le judo, l'un des sports les plus pratiqués en France avec près d'un demi-million de licenciés et qui est touché depuis plusieurs jours par une série de révélations de cas de violences sexuelles. Une mission d'inspection a d'ailleurs été lancée par la ministre des Sports sur le sujet, visant le judo et l'équitation.