Julian Alaphilippe a donné des nouvelles rassurantes à ses proches

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le double champion du monde, Julian Alaphilippe, s'est montré rassurant sur son état de santé auprès de son cousin et entraîneur, Franck. Mais il est toujours hospitalisé en Belgique avec plusieurs fractures et un pneumothorax.

Franck Alaphilippe, l'entraîneur et cousin du double champion du monde, n'était pas du déplacement à Liège ce week-end avec le reste du staff de l'équipe Quick-Step. C'est donc en téléspectateur qu'il a assisté à la chute massive qui a coupé le peloton de la « Doyenne » en deux, dimanche à l'approche du col du Rosier, sans comprendre tout de suite que son poulain en était l'une des principales victimes.

« Comme tout le monde, j'ai mis un certain temps à comprendre qu'il n'était plus devant, raconte-t-il. Ce n'est que lorsque j'ai vu l'image aérienne qui le montrait appuyé contre l'arbre que j'ai compris que c'était sérieux. J'étais inquiet, très inquiet même. »

Franck Alaphilippe, à propos de sa conversation visio avec le cycliste.

« Il a sorti une ou deux bêtises comme il a l'habitude de le faire, j'étais content de voir qu'il avait déjà retrouvé son côté blagueur. »

Bien placé, dans les trente premières positions du peloton, lancé à plus de 70 km/h, Alaphilippe n'a rien pu faire pour éviter la vague qui a envoyé plusieurs dizaines de coureurs au tapis. Violemment projeté contre un arbre, le Français n'a repris ses esprits que pour se rendre compte qu'il suffoquait, ce qui l'a fait paniquer sous le regard médusé des coureurs moins gravement accidentés que lui. Incapable de respirer, il ignorait alors qu'il venait de se perforer un poumon et que du sang s'accumulait entre celui-ci et sa paroi thoracique.

lire aussi

Bardet : « J'ai eu peur qu'il ait une vertèbre touchée, une paraplégie »

Pris en charge au bout de quelques minutes par le médecin de sa formation, il a été rapidement transporté à l'hôpital le plus proche, conscient, mais en piteux état. À Herentals, des fractures de l'omoplate et de deux côtes lui seront diagnostiquées, en plus de l'hémopneumothorax.

Lundi matin, Franck Alaphilippe l'a appelé en visio, et ce qu'il a vu et entendu l'a rassuré. « Il allait comme un accidenté, il avait encore super mal, mais il n'était pas du tout abattu, raconte son coach de toujours. Il a sorti une ou deux bêtises comme il a l'habitude de le faire, j'étais content de voir qu'il avait déjà retrouvé son côté blagueur. Après, il est gravement blessé, c'est clair, et il est dégoûté. Il m'a dit : "À 50 centimètres près, j'évite l'arbre, peut-être même que je peux remonter sur le vélo et reprendre la course." Il a eu beaucoup de malchance. Ce sont ces mots : "Il fallait que je tape cet arbre..." »

Une préparation chamboulée

Dans l'après-midi de lundi, le coureur a passé des examens complémentaires pour identifier laquelle des trois blessures occasionnera la période de convalescence la plus longue, sans qu'aucune réponse claire n'ait été pour l'instant apportée. Il subira de nouvelles analyses mardi et reste donc hospitalisé pour le moment, lui qui espérait profiter de cette semaine pour se reposer avant de partir se préparer trois semaines en altitude, en Sierra Nevada, et peaufiner sa forme avant ses objectifs estivaux : le Dauphiné et le Tour de France. Ce programme est bien évidemment chamboulé.

« Dans une carrière, tout coureur connaît au moins une année très compliquée où rien ne va : Julian est en plein dedans, explique Franck Alaphilippe. Il a toujours connu des moments difficiles, mais une période noire comme ça, jamais. Depuis le début de l'année, il a chopé une crève, une bronchite, une grippe, et voilà qu'il tombe trois fois en moins de deux mois. Tous les quinze jours, il a été contrarié par quelque chose... Mais d'après ce que j'ai vu de lui, je sens que cet épisode va le rendre plus fort, lui donner encore plus de force mentale, il va être encore plus déterminé qu'avant. On ne peut pas encore donner de date de reprise, mais je suis très optimiste pour la suite de la saison. »

lire aussi

Evenepoel triomphe en solitaire sur Liège-Bastogne-Liège

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles