Jusqu'à huit ans de prison ferme requis pour le cambriolage de la famille Marquinhos

Marquinhos s'était fait cambrioler en mars 2021, pendant un match. (F. Faugère/L'Équipe)

Des peines de six et huit ans de prison ferme ont été requises ce mercredi au tribunal correctionnel de Versailles contre trois hommes soupçonnés d'avoir participé au cambriolage du domicile de Marquinhos, en mars 2021.

Ce mercredi, des peines de six et huit ans de prison ferme ont été requises au tribunal correctionnel de Versailles à l'encontre de trois hommes soupçonnés d'avoir participé au cambriolage du domicile de la famille de Marquinhos, en mars 2021 dans les Yvelines. Le défenseur brésilien jouait alors contre Nantes (1-2) en Ligue 1, au Parc des Princes. Son père, qui se trouvait sur les lieux en présence de ses deux filles, avait subi des violences. De l'argent liquide et sacs de luxe avaient été dérobés.

lire aussi : Cambriolage chez Marquinhos : trois hommes jugés, un mineur condamné

Deux des trois prévenus étaient présents à l'audience et comparaissaient libres sous contrôle judiciaire. Six ans de prison ont été requis, assortis d'un mandat de dépôt, à leur encontre. Le troisième, détenu dans le cadre d'une autre affaire et à l'encontre duquel huit ans de prison ont été requis, a refusé d'assister à l'audience. Toutefois, tous nient les faits qui leur sont reprochés.

4 personnes mises en examen pour un cambriolage chez Di MariaSamba G., 30 ans, a insisté : « Je n'ai rien à voir avec ça, du début à la fin ». Il est pourtant soupçonné d'avoir fourni le véhicule qui a permis d'aller sur les lieux et jugé pour détention d'arme et association de malfaiteurs. « Je ne connais pas Marquinhos, je ne regarde même pas le foot », a de son côté assuré François S., 30 ans, jugé pour vol avec violence, séquestration et association de malfaiteurs, comme Amine E., 24 ans.

lire aussi : Marquinhos (PSG) a eu peur pour son père quand il s'est fait cambrioler

Dans la même affaire, un jeune homme âgé de 17 ans à l'époque des faits avait été condamné par le tribunal pour enfants en septembre dernier à deux ans d'emprisonnement, dont douze mois assortis d'un sursis probatoire, pour vol avec violence ayant entraîné une ITT (interruption totale de travail) n'excédant pas huit jours et vol aggravé. Le parquet de Versailles a fait appel de cette décision. Le mineur, qui n'est plus détenu car la peine couvrait la détention provisoire, a été relaxé par le tribunal pour le chef d'association de malfaiteurs.

Concernant le cambriolage du domicile d'Angel Di Maria, qui avait été ciblé à Neuilly (Hauts-de-Seine) la même soirée, quatre personnes sont mises en examen dans ce dossier. La décision devrait être rendue en début de soirée.