La justice espagnole donne son feu vert pour que les clubs promoteurs de la Super Ligue soient sanctionnés

·2 min de lecture

Après avoir interdit l'UEFA et la FIFA de prendre des mesures contre les clubs promoteurs de la Super Ligue, la justice espagnole est revenu sur cette décision ce jeudi. Ce qui pourrait signifier des sanctions à venir pour le Real Madrid et le FC Barcelone.

La justice espagnole a ouvert jeudi la porte à des sanctions contre les clubs promoteurs de la Super Ligue de football, en levant jeudi l'interdiction de les punir qu'elle avait imposée il y a un an à l'UEFA et à la FIFA. La juge Sofia Gil, qui siège au tribunal de commerce madrilène qui instruit l'affaire, a validé le recours de l'UEFA contre les mesures conservatoires imposées il y a un an, mettant la Super Ligue et ses clubs promoteurs, dont le Real Madrid et le FC Barcelone, à l'abri de sanctions en attente de décisions sur le fond.

lire aussi

L'UEFA abandonne ses poursuites contre le Barça, le Real Madrid et la Juventus

La magistrate, qui avait succédé il y a quelques mois à Manuel Ruiz de Lara, le juge qui avait initialement ordonné ces mesures préventives, a considéré que son tribunal n'avait pas « la compétence ni la juridiction » pour interdire de possibles sanctions.

L'UEFA laissé libre de ses décisions

« Il revient à ces organismes disciplinaires (de l'UEFA, NDLR) et aux arbitres indépendants du TAS (Tribunal arbitral du sport, NDLR) de trancher sur les possibles sanctions contre les clubs, est-il indiqué dans le document. Les clubs concernés pourront s'y opposer en sollicitant les mesures de protection adéquates », précise le communiqué. La magistrate considère également que « la menace de sanctions visant les trois clubs subsistants ne conduit pas à une impossibilité de mener le projet à bien, dont le financement est indépendant ».

Après l'annonce il y a un an du projet de Super Ligue, une ligue semi-fermée promue par douze clubs fondateurs qui s'étaient peu à peu désolidarisés du projet (sauf le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus Turin), la menace de l'expulsion avait été brandie par les principaux organismes en charge du football européen. Arsenal, Chelsea, Tottenham, Liverpool, Manchester City, Manchester United, l'Atlético de Madrid, l'AC Milan et l'Inter Milan avaient abandonné le navire face à la levée de boucliers des supporters, des championnats nationaux, des fédérations et même de certains gouvernements.

lire aussi

Toute l'actualité autour du projet de Super Ligue

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles