Justice sportive : le scandale du dopage russe en six actes

Guillaume Poisson
·1 min de lecture

Décembre 2014 : la révélation

Le 3 décembre 2014, la chaîne allemande ARD diffuse une enquête fracassante intitulée "Dossier secret sur le dopage: comment la Russie produit ses vainqueurs". La chaîne, réputée pour ses travaux d'investigation sportive, révèle un dopage systématique couvert par les autorités russes dans l'athlétisme, notamment grâce aux témoignages d'Ioulia et Vitaly Stepanov, deux athlètes russes. Deux jours plus tard, le Comité international olympique (CIO) demande l'ouverture d'une enquête, l'AMA met sur pied une commission d'enquête le 16 décembre.

Le 9 novembre 2015, soit 10 mois après, le Canadien Dick Pound publie, pour l'Agence mondiale antidopage (AMA), un rapport accablant sur l'athlétisme russe. C'est bien la participation active du gouvernement russe qui est pointée du doigt. Pour le rapporteur, ces cas de dopage n'auraient "pas pu exister" sans l'assentiment du gouvernement. Dans la foulée, l'AMA suspend l'Agence russe antidopage (Rusada). Quatre jours plus tard, la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) suspend la Rusaf.

Mai 2016 : la rocambolesque fuite de Grigory Rodchenkov

En mai 2016, un 3e lanceur d'alerte, l'ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou Grigory Rodchenkov, révèle le système de triche mis en place aux Jeux de Sotchi en 2014.

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi