Juventus - Le malaise Ronaldo

SERIE A - Remplacé dès la 55e minute dimanche soir face à l’AC Milan, Cristiano Ronaldo est rentré directement aux vestiaires et a même quitté le stade avant le coup de sifflet final. Si Maurizio Sarri s’est réjoui de la réaction d’orgueil de son joueur, le niveau physique du quintuple Ballon d’Or fait jaser de l’autre côté des Alpes.

Est-on en train d’assister aux premiers signes du déclin d’une légende ? Plutôt discret depuis le début de saison, par rapport à ses statistiques habituelles (tout de même 6 buts en 14 matchs avec la Juve, toutes compétitions confondues), Cristiano Ronaldo semble même clairement marquer le pas depuis le début du mois de novembre. Après une prestation quelconque lors du derby face au Torino il y a 10 jours, le Portugais a de nouveau produit un match moyen en Ligue des champions face au Lokomotiv Moscou et a été remplacé en cours de partie (82e minute) pour la première fois de la saison avec les Bianconeri.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

“La vérité, c'est qu'il n'a pas dribblé un adversaire depuis trois ans”

Ce qui n’aurait pu être qu’un événement anecdotique s’est transformé en psychodrame ce dimanche soir, puisque “CR7” a de nouveau été sorti par Maurizio Sarri à l’occasion de la réception de l’AC Milan, cette fois beaucoup plus tôt dans la rencontre (55e minute). Visiblement vexé par cette décision, le quintuple Ballon d’Or a filé directement aux vestiaires, avant de s’éclipser le plus vite possible. Selon plusieurs sources, Cristiano aurait d’ailleurs quitté l’Allianz Stadium avant même la fin du match (gagné par la Vieille Dame, 1-0, but de Dybala).

La sortie remarquée de la star portugaise a bien sûr fait l’objet de nombreux commentaires dans les médias italiens. Déjà très critique à l’égard de Ronaldo ces derniers jours, Fabio Capello a ainsi enfoncé le clou sur le plateau de Sky Sports. “Cristiano n’est pas bien et le remplacer était une chose juste, a jugé l’ancien coach des Bianconeri. La vérité, c'est qu'il n'a pas dribblé un adversaire depuis trois ans (...) Dybala est dans une excellente forme et peut faire la différence, comme peut le faire Douglas Costa. Bravo Sarri qui a eu le courage de le sortir, cela lui donne de la personnalité, en laissant l'idée que tous les joueurs de l'équipe peuvent jouer et faire la différence.” Du côté de Maurizio Sarri, l’analyse est évidemment moins sévère, mais aussi plutôt pertinente sur le plan psychologique.

À lire aussi