Juventus-Milan (1-0), la Juve remercie Dybala

La Juventus a échappé ce dimanche au piège que lui a tendu l’AC Milan, en clôture de la 12e journée de Serie A. Bien qu’en difficulté pendant une bonne partie du match, la Vieille Dame a réussi à récolter les points mis en jeu. Le mérite en revient notamment à Paulo Dybala. L’attaquant argentin a délivré les siens à un quart d’heure de la fin, en concrétisant avec brio une jolie séquence à une touche de balle de son équipe.

Dybala endosse le costume du héros

Remplaçant au coup d’envoi, « La Joya » a été lancé dans le grand bain à la 55e en remplacement de Cristiano Ronaldo. Maurizio Sarri a pris un grand risque en sortant sa star portugaise, mais son numéro 10 ne l’a pas déçu. C’est lui qui a débloqué la situation dans ce match fermé à double tour. Servi par son compatriote Gonzalo Higuain, il s’est débarrassé d’un défenseur avec un contrôle en pivot, avant de mettre à mal le gardien milanais. Une superbe action et qu’il a failli rééditer à la 94e minute, mais cette fois Donnarumma a neutralisé sa tentative.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Ronaldo encore remplacé en cours de match

Avant que Dybala ne décide du sort de cette partie, la Juve a eu beaucoup de peine à se montrer menaçante. Les seules fois où elle a été proche de prendre les devants c’est sur des tentatives lointaines de Blaise Matuidi (53e et 66e). L’international tricolore n’a cadré aucun de ses deux essais, mais il a eu le mérite d’essayer. Par la suite, il a malheureusement dû céder sa place en raison d'une blessure contractée aux côtes.

Milan a laissé passer sa chance

Jouant sans complexe, l’AC Milan a tenté, pour sa part, de forcer la décision et créer la sensation dans ce classique de la Serie A. Mais, à 0-0, les Rossonerri ont manqué de réalisme dans le geste final, à l’instar de Lucas Paqueta (25e), et à 0-1, ils ont buté sur un excellent Wojciech Szczesny, auteur de plusieurs arrêts importants (84e et 94e).

En gagnant, la Juve repasse en tête du classement devant son rival pour le Scudetto, l’Inter de Milan. Même avec un Ronaldo en perte de vitesse et à court physiquement, les Piémontais restent donc toujours intouchables sur la scène domestique.

À lire aussi