Juventus-Torino, c'est aussi de la littérature

·1 min de lecture

On ne sait pas combien de litres d'encre cette rivalité a précisément fait couler. Seulement que ça fait 114 ans que ça dure, et que personne n'est lassé de la chroniquer. Sur le terrain, les forces sont de facto devenues inégales, mais il y a toujours eu quelque chose à en dire. Ou plutôt à écrire. D'abord, cette dualité de classe que la Juventus et le Torino ont longtemps incarnée, décrite par l'écrivain transalpin Mario Soldati dans son roman Le Due Città, publié en 1964. Dans cet ouvrage, l'homme de lettres décrivait ainsi un échange courtois entre un tifoso de la Juventus et un fan du Torino : "Les deux hommes traversèrent Piazza Vittorio et parlaient déjà de football. Emilio, naturellement, était pour la Juve, l'équipe des gentlemen, des pionniers de l'industrie, de ceux qui avaient fait des études : bref, des bourgeois riches. Giraudo, tout aussi naturellement, était pour le Toro, l'équipe des ouvriers, de ceux qui…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles