Kayak - La traversée du Pacifique en kayak de Cyril Derreumaux interrompue

·1 min de lecture

À la suite d'une avarie sur son ancre flottante provoquée par des conditions météorologiques compliquées, l'aventurier Cyril Derreumaux a choisi d'interrompre sa traversée San Francisco-Hawaï qui avait débuté six jours plus tôt. Pour sa sécurité, le kayakiste français Cyril Derreumaux a préféré stopper son aventure à la suite de conditions météorologiques difficiles sur plusieurs jours. Pour rappel, ce globe-trotteur s'était lancé le défi de traverser le Pacifique de Francisco à Hawaï en kayak et en solitaire, défi qui n'a été réussi et homologué qu'une seule fois en 1987. « La journée d'hier avait pourtant bien commencé... », explique le kayakiste. Et pourtant, la situation a très vite dégénéré. L'état de la mer se dégradant de jour en jour, il a choisi d'immobiliser son kayak à l'aide de son ancre flottante. « Les conditions à bord de mon kayak océanique étaient inconfortables, précise-t-il. Mais dans les limites de ce que nous avions anticipé. » Ce fut de courte durée puisque le temps a engendré des creux de 4,5 mètres et des vagues déferlant sur sa cabine. « En quelques instants, mon kayak s'est positionné parallèlement à l'axe des vagues, et je me suis retrouvé violemment ballotté de bord à bord. » Dans de telles conditions, impossible pour le kayakiste de manger, boire, dormir ou communiquer avec son équipe à terre. C'est là que s'est arrêtée l'aventure de Cyril Derreumaux, finalement hélitreuillé par les garde-côtes américains. Le sauvetage du kayak Une fois en sécurité sur terre, l'équipe de l'aventurier s'est attelée au sauvetage du kayak qui était à la dérive. Par chance, le signal GPS émettait encore ce qui a permis de localiser le bateau et d'entamer une opération de remorquage sportive. « Malheureusement, beaucoup de matériel est endommagé, raconte tristement le kayakiste. La cabine avait aussi beaucoup d'eau à l'intérieur. » lire aussi Kayak extrême : une chute vertigineuse de 23 mètres signée Nouria Newman Il est donc impossible pour Cyril Derreumaux de repartir dans la foulée comme espéré, mais il reste déterminé à réaliser son défi. « Demain commence le processus de guérison. Le rêve est toujours bien vivant. Quelle journée ! »