La Kazakhe Elena Rybakina dispose d'Ons Jabeur et remporte Wimbledon

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Elena Rybakina, 23 ans, a remporté sa première victoire en Grand Chelem, samedi, à Wimbledon. La Kazakhe, numéro 23 mondiale, a écarté la Tunisienne Ons Jabeur en trois sets (3-6, 6-2, 6-2).

Juste un poing serré, presque un soupir de soulagement et enfin un sourire vers son clan, debout, qui battait les mains à tout rompre pour la saluer. Elena Rybakina a fait dans le très sobre pour célébrer, à 23 ans, son premier titre en Grand Chelem. Une émotion toute contenue, à l'image de ce qu'elle a montré lors de cette finale de Wimbledon à rebondissements face à Ons Jabeur.

lire aussi

Le film du match

Menée d'un set et mal rentrée dans son match, la Kazakhe, 23e mondiale, a commencé cette rencontre le bras pas assez délié, sans doute le coeur plus serré que son visage imperturbable ne voulait montrer. Son service, la grande force de son tournoi, n'a pas répondu pendant longtemps. Elle avait remporté 77 % de points derrière sa première lors de ses six premiers matches, elle a fini avec un piètre 53 % à l'issue de ce premier set et c'est Jabeur qui décochait les deux seuls aces de ce début de duel.

Un début de finale manqué par Rybakina

Parce que la Tunisienne, elle, est rentrée idéalement dans cette finale, servant à sa rivale sa sauce habituelle avec des slices ravageurs et touchant des zones perturbantes. Rybakina n'y voyait plus clair et a multiplié les fautes directes (17 dans ce seul premier acte, 33 en tout). Dès qu'elle devait ramener les balles flottantes de Jabeur, elle était au supplice. Et elle a perdu quasiment tous les duels au filet proposés par une n°2 mondiale ultra-expressive sur le court que ce soit pour souligner son premier break (à 1-1) ou pour montrer sa frustration quand elle a manqué une balle de double break (à 3-1).

lire aussi

Le tableau femmes de Wimbledon

Cela n'a été que partie remise puisque Jabeur l'a réussi à 5-3 pour prendre les commandes du match et semblait parfaitement assumer son statut de favorite, qu'elle incarnait depuis l'élimination d'Iga Swiatek. Mais elle a connu un petit relâchement coupable au début du deuxième set en cédant son service sur la première occasion adverse. Comme un symbole que Rybakina était bien décidée à lutter pied à pied, c'est sur un slice qu'elle a fait dérailler sa rivale.

Une joueuse née à Moscou

Ce break d'entrée de deuxième set lui a remis les idées en place et si elle a continué à cumuler quelques fautes incroyables, notamment sur les amorties et les balles très courtes de Jabeur, elle a frappé ses attaques avec de plus en plus de justesse. Dans un jeu parfait de vases communicants, la Tunisienne a soudainement semblé moins à l'aise et n'a converti aucune de ses balles de débreak avant de perdre une deuxième fois son service. Logiquement, Rybakina a alors égalisé en concluant sur un jeu blanc ponctué d'un ace.

Le troisième set a été une copie parfaite du deuxième. Avec un break réalisé directement par Rybakina. Menée 0-40 alors qu'elle avait cette avance, la Kazakhe a eu les nerfs d'une solidité d'acier en écartant le danger avant de remporter sa mise en jeu. Derrière, elle a profité du délitement de la Tunisienne, auteure de deux grosses fautes en coup droit, pour prendre une deuxième fois sa mise en jeu et enterrer les espoirs adverses.

Elena Rybakina est la première depuis Amélie Mauresmo en 2006 face à Justine Hénin à renverser une finale de Wimbledon après avoir perdu le premier set. Elle ramène à son pays, le Kazakhstan, un premier titre du Grand Chelem. Ce couronnement d'une joueuse née russe avant d'être naturalisée en 2018 est un sacré pied de nez aux organisateurs qui ont exclu les Russes et les Biélorusses du tournoi en raison de l'invasion en Ukraine. Mais c'est bien cette native de Moscou qui a été couronnée reine sur la pelouse du All England.

lire aussi

Toute l'actualité de Wimbledon

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles