Kentin Mahé après la victoire des Bleus contre le Monténégro : « Faire des choses simples »

Kentin Mahé a inscrit trois buts contre le Monténégro, ce mercredi (35-24). (A. Martin/L'Équipe)

Satisfait de la prestation générale contre le Monténégro (35-24), le demi-centre des Bleus, Kentin Mahé, se projette sur la faible Iran, vendredi (18 heures).

« Vous avez mené le jeu d'entrée. Qu'avez-vous pensé de votre attaque ?
Au niveau de l'efficacité on peut être satisfait. On a eu moins d'immanquables sur l'ensemble du match. Mais si on retient quelque chose de moins positif, la fin de nos premières mi-temps, moins bonnes depuis le début. Il va falloir se pencher dessus.

lire aussi : La France domine le Monténégro et se rapproche des quarts de finale

Vous jouez vraiment très juste à la mène, plus posé moins feu follet qu'à une époque...
C'est un travail que j'essaie de faire en club (à Veszprem, en Hongrie) depuis un moment, mon coach (Momir Ilic) est très demandeur d'une tactique très claire. J'essaie de m'en servir en équipe de France. En l'absence de Dika (Mem, blessé aux adducteurs), je commence les matches et pour l'instant, ça nous réussit. J'espère que Dika va nous rejoindre rapidement, ça ajoutera une corde à notre arc.

Vendredi (18 heures), place à l'Iran, contre qui vous pouvez valider le ticket pour les quarts de finale. Comment fait-on contre une telle équipe, nettement inférieure, que la France n'a jamais affronté ?
Je trouve ça spécial de jouer contre l'Iran dans le contexte actuel. À l'hôtel, j'aimerais bien parler avec eux de l'extra-sportif, ça m'intéresse. Même si on n'est pas là non plus pour faire de la politique. Côté jeu, ils ont deux beaux tireurs, le 44 (Sadegi Askari, arrière gauche) et le 7 (Norouzinehad, demi-centre), des joueurs de qualité. Mais je pense qu'on va pouvoir les surprendre sur les montées de balle. C'est notre force.


Est-ce difficile de s'adapter face à des adversaires qu'on ne connaît pas ?
En défense non, car quand on est forts, et on l'est, on arrive à s'ajuster plus facilement. En attaque, parfois, on prend une initiative trop compliquée. Il faut faire des choses simples. Je pense que ce sera le cas contre l'Iran. »

lire aussi : Mondial de handball : le classement du groupe de la France