La Kenyane Lilian Kasait Rengeruk contrôlée positive et suspendue

Rengeruk est suspendue jusqu'en février 2023. (J.-P. Durand/L'Équipe)

Lilian Kasait Rengeruk, coureuse de 5000 mètres, a été contrôlée positive au létrozole en janvier et suspendue dix mois.

L'athlète kényane Lilian Kasait Rengeruk, 12e de la finale du 5000 mètres aux Jeux Olympiques de Tokyo l'été 2021, est devenue mercredi la huitième représentante de son pays depuis juillet à être reconnue coupable de dopage par l'Unité d'intégrité de l'athlétisme (UIA). La jeune femme de 25 ans, ancienne championne du monde du 3000 mètres des moins de 18 ans, a été contrôlée positive au létrozole en janvier. Sa suspension de dix mois court jusqu'en février 2023.

Face à la vague de contrôles positifs, la Fédération kényane d'athlétisme a pris une série de mesures pour lutter contre ce problème, annonçant notamment en juillet une relance de son unité de renseignement et d'enquête « dans le but de démanteler les cartels et de porter la guerre contre le dopage à un nouveau niveau. »

Parmi les sept autres athlètes pris en flagrant délit de dopage figure notamment Lawrence Cherono, 34 ans, vainqueur en 2019 des marathons de Boston et de Chicago et quatrième aux Jeux Olympiques l'année dernière. Contrôlé positif à la trimétazidine lors d'un contrôle hors compétition, le 23 mai, il a été suspendu avant les derniers Championnats du monde.