Pour Khalid Salman, ambassadeur de la Coupe du monde au Qatar, l'homosexualité est « une déviance mentale »

Le Qatar va organiser la Coupe du monde à partir du 20 novembre. (Jean-Marie Hervio/L'Équipe)

Khalid Salman, ambassadeur de la Coupe du monde au Qatar, a assuré dans une interview accordée à ZDF que l'homosexualité était selon lui « une déviance mentale ».

L'ancien international qatari Khalid Salman, ambassadeur de la Coupe du monde au Qatar (20 novembre-18 décembre), a déclaré à la chaîne de télévision allemande ZDF que l'homosexualité était selon lui « une déviance mentale » alors que l'État du Golfe se prépare à accueillir le tournoi mondial dans moins de deux semaines.

« Ils doivent accepter nos règles ici »Dans une interview filmée à Doha et qui sera diffusée plus tard ce mardi, il a abordé la question de l'homosexualité, qui est illégale dans ce pays musulman conservateur. Certains joueurs ont d'ailleurs fait part de leurs inquiétudes quant aux droits des supporters qui se rendent à l'événement, en particulier les personnes LGBT + et les femmes. Le pays attend plus d'un million de visiteurs pour la Coupe du monde.

lire aussi : Coupe du monde 2022 : les spectateurs LGBT devront faire preuve de discrétion au Qatar

« Ils doivent accepter nos règles ici », a déclaré Salman. « (L'homosexualité) est ''haram''. Vous savez ce que signifie ''haram'' (interdit) ? Je ne suis pas un musulman strict mais pourquoi est-ce ''haram'' ? Parce que c'est une déviance mentale. »

L'interview a ensuite été immédiatement interrompue par un fonctionnaire qui l'accompagnait. Les organisateurs de la Coupe du monde au Qatar, contactés par Reuters, ont refusé de commenter. La FIFA n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Les organisateurs ont répété à plusieurs reprises que tout le monde était le bienvenu au Qatar pendant la Coupe du monde.

Le Qatar est le premier pays du Moyen-Orient à accueillir la Coupe du monde, mais il a subi d'intenses pressions ces dernières années pour son traitement des travailleurs étrangers et ses lois sociales restrictives. Le bilan du pays en matière de droits humains a conduit à des appels pour que les équipes et les responsables boycottent la compétition.

lire aussi : Qatar : les travailleurs migrants, des chiffres et beaucoup d'ombres