Kielce renverse Veszprem et rejoint la finale de la Ligue des champions

Battu en finale avec Nantes en 2018, Nicolas Tournat aura l'occasion dimanche de remporter sa première Ligue des champions, sous le maillot de Kielce. (Sy. Thomas/L'Équipe)

Le club polonais de Kielce et ses Bleus Dylan Nahi et Nicolas Tournat se sont qualifiés pour la finale de la Ligue des champions en dominant les Hongrois de Veszprem (37-35), samedi à Cologne. Ils affronteront dimanche le vainqueur de Barcelone-Kiel.

Six ans après son incroyable triomphe de 2016 (contre Veszprem, 35-35, 4-3 t.a.b.), Kielce est de retour en finale de la Ligue des champions. Samedi, le club polonais et ses deux Bleus, Dylan Nahi (2 buts) et Nicolas Tournat (4 buts), ont terrassé Veszprem en demi-finales (37-35), dans l'immense Lanxess Arena de Cologne. Ce sera la première finale de C1 pour Nahi, arrivé du Paris-SG l'été dernier, et la deuxième pour Tournat, après celle de 2018 perdue avec Nantes contre Montpellier (26-32).

Veszprem pensait avoir tué le fantôme de 2016 en éliminant les Polonais en demi-finales de l'édition 2019 (33-30), la dernière fois que Kielce était arrivé au Final Four. Mais les joueurs de Talant Dujshebaev ont une nouvelle fois infligé une « remontada » à leur souffre-douleur préféré.

Les Hongrois avaient maîtrisé la première période, avec de l'efficacité en attaque (4 buts chacun pour Petar Nenadic et Manuel Strlek) et des arrêts (10) pour Rodrigo Corrales. Malgré un somptueux double kung-fu initié par Alex Dujshebaev et conclu par Igor Karacic en passant par Dylan Nahi (3e), Kielce était à la peine (14-11, 22e ; 18-16 à la pause).

Tout sourit à Kielce

Mais tout a changé après la pause. « Dans le vestiaire, j'ai dit aux gars qu'il fallait juste continuer à se battre, que notre moment viendrait, jubilait Alex Dujshebaev, le capitaine de Kielce, au micro d'Eurosport. Et quand il est venu, on a tellement bien joué, avec beaucoup de patience. » Andreas Wolff est sorti de sa tanière avec quelques parades bien senties (9 arrêts au total), Uladzislau Kulesh a balancé quelques pralines et Veszprem a totalement déjoué (21-25, 40e).

lire aussi

Talant Dujshebaev, entraîneur de Kielce, un homme et une flamme

« Je suis tellement déçu, lançait le demi-centre Rasmus Lauge, qui s'est démené en vain tout au long du deuxième acte (8/9 au shoot). J'ai l'impression qu'on a joué à cinq contre six pendant toutes les dix premières minutes de la seconde période, tellement on a commis d'erreurs stupides. On ne s'est pas battus comme il l'aurait fallu et ça me fait très mal. » Un carton rouge pour le pilier défensif Blaz Blagotinsek (35e), des pertes de balle à la pelle, des erreurs grossières à l'image de cette exclusion temporaire pour surnombre... Et un coach, Momir Ilic, bien trop passif alors que son équipe coulait.

Pendant ce temps, tout souriait à Kielce, qui récupérait beaucoup de ballons après des tirs manqués et marquait malgré des passes mal assurées. Dans les derniers instants, Veszprem a repris espoir quand Gasper Marguc l'a ramené à deux longueurs, en supériorité numérique (33-35, 59e). Mais l'impeccable ailier droit polonais Arkasiusz Moryto a éteint le suspense en marquant son 8e but du jour (à 100 %), en pivot à la conclusion d'une magnifique action collective (33-36, 59e).

7

C'est la 7e fois que Veszprem échoue au Final Four de Cologne. Trois fois battu en finale (2015, 2016, 2019), il a concédé samedi son quatrième revers en demi-finales à Cologne.

C'est une nouvelle désillusion pour Veszprem et son demi-centre français Kentin Mahé (1/4 au tir mais 3 passes décisives), que son coach n'a quasiment pas fait jouer en seconde période. Le géant magyar n'a toujours pas réussi à décrocher la timbale après laquelle il court depuis trente ans et boucle une deuxième saison noire de suite, une semaine après avoir perdu la finale du Championnat de Hongrie contre son rival Szeged (aux buts à l'extérieur : 29-30, 29-28 à l'aller).

Kielce et son attaque pétaradante continuent, en revanche, à surfer sur une immense vague de confiance. Impressionnant en phase de groupes (1er du terrible groupe B devant Barcelone, Paris, Veszprem et Flensburg), écrasant tombeur de Montpellier en quarts de finale (31-28, 30-22), le club polonais arrivera sans complexe dimanche en finale (18 heures à la Lanxess Arena).

Quel que soit leur adversaire à l'issue du choc des géants historiques entre le FC Barcelone, tenant du titre, et Kiel, qui se jouera samedi en fin d'après-midi (18 heures), Kielce et son « armée jaune » de supporters n'ont visiblement peur de personne.

lire aussi

Toute l'actu du handball

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles