Kingsley Coman, en voilà un drôle de piston

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un mois après la pluie de confettis de Milan, déclenchée au bout d'un Final Four traversé sur un fil, il y avait le souhait chez Didier Deschamps de ne plus jeter de pièce en l'air. Trop risqué. Alors, cette semaine, le boss tricolore a dit : " On n'a aucune peur, on respecte l'adversaire, et on sait que plus on maîtrisera, moins on laissera de place au hasard et à l'incertitude. En football, il suffit de peu. Faisons en sorte qu'il n'y ait même pas ce "peu". " Action, réaction : samedi soir, dans un Parc des Princes qu'ils n'avaient plus vu depuis octobre 2013, les Bleus ont poussé le Kazakhstan dans un grand huit et ont décroché leur billet pour la Coupe du monde 2022 sans faire de sentiment. Mieux encore, face à une opposition très faible, l'équipe de France a confirmé qu'elle pouvait, comme lors de…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles