Kluivert, Meunier, Udol... : les réactions après Metz-PSG

Chaque mois, Marco Verratti se mue en chroniqueur pour Goal. De lundi à jeudi, l'italien vous présente l'effectif du PSG. Troisième partie.

Un scénario fou, un titre qui a faillu basculer... le PSG n'est pas passé loin de la catastrophe à Metz mardi soir en match en retard de la 31e journée de L1 (3-2). Les Parisiens avaient logiquement des sentiments mitigés après la rencontre.

Matthieu Udol (défenseur de Metz ) : "On n'avait pas trop le choix de les laisser ressortir, de jouer pour revenir au score, on avait plus rien à perdre. On a vu que quand on jouait, on les mettait en difficulté. On a réussi à leur mettre deux buts, ce qui n’est pas commun, il n’y a pas beaucoup d’équipes qui arrivent à le faire. En posant le ballon, en jouant, on a vu qu’on pouvait les mettre en difficulté "D’une part quand on a mis le premier but, il ne restait plus qu’un but à mettre pour les faire trembler. On a vu qu’ils étaient un peu en difficulté après ce premier but et on a eu raison de pousser. On a réussi à égaliser avant de finalement perdre. Je ne serais pas expliquer notre début de match. On était bas, on n'a pas osé jouer, une fois qu’on était mené, on s’est dit qu’on avait plus rien à perdre, qu’il ne fallait rien lâché et cela a payé".


Patrick Kluivert (directeur sportif du PSG) : "Complètement fou c’est le mot. La première mi-temps nous avons dominé le match, nous avons marqué deux beaux buts. En seconde période nous aurions dû chercher le troisième et le quatrième but, mais cela s’est passé totalement différemment. Au final, gagner ce match ici, comme ça, je suis content. Mais cela n’aurait pas dû se passer comme cela. Non les joueurs n’ont pas arrêté de jouer. Mais nous aurions dû chercher le troisième et le quatrième but et je pense que nous l’avons pas fait dès l’entame de la seconde période. Mais au final, les trois points c’est le plus important."

Thomas Meunier (défenseur du PSG)  : "On va retenir avant tout la victoire. Oui on était trop confiant, on a fait pas mal de pertes de balles en début de seconde période. Notre déchet n’a pas facilité la tâche et a remis Metz sur de bons rails. Par la suite, ils ont réussi à créer pas mal de danger grâce à nous avant tout. On s’est fait peur. Si on perdait ce soir, c’était uniquement de notre faute mais on a réussi à l’emporter. On est tombé dans une certaine suffisance. On s’est rendu compte qu’il fallait changer des choses quand ils ont réduit la marque. Être mis en difficulté cela nous perturbe un peu et finalement il a fallu quand même vingt minutes pour inverser la situation. Nous on doit gagner tous nos matches, la pression est sur l’AS Monaco. Il faut rester appliquer et ne pas être suffisant pour prouver que le PSG reste la grande équipe du championnat de France. Oui je vois bien les Monégasques regarder le match, exulter à 2-2 et se rasseoir sur le troisième but. Monaco a une très bonne équipe, ce ne sera pas facile pour qu’ils craquent. Non je n’ai pas cru que nous allions perdre le titre ce soir. J’ai déjà connu une situation similaire avec Bruges et jusqu’à la dernière rencontre, on peut être champion".


Loïc Tanzi, au stade Saint-Symphorien (à Metz)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages