Kombouaré, Puel, Antonetti... Pourquoi les clubs de Ligue 1 font-ils toujours appel aux mêmes entraîneurs ?

Andréa La Perna
·1 min de lecture

Les saisons se suivent, les couleurs changent, mais les noms et les visages restent les mêmes. Quand Antoine Kombouaré a posé ses valises au FC Nantes le 11 février dernier pour tenter de sauver les Canaris, le Kanak a découvert le huitième club de Ligue 1 de sa carrière, le quatrième déjà depuis 2018. Après son limogeage de Guingamp, le coach français a successivement pris les rênes de Dijon, maintenant le club in extremis en première division mais sans briller, puis de Toulouse, où son mandat n’aura duré que deux mois, écourté par une série de neuf défaites consécutives. Mais alors que sa réputation, voire sa crédibilité, ont été écornées, Kombouaré a de nouveau été appelé à la rescousse au plus haut niveau du football français.

L'archétype de l'ex-joueur professionnel

"Antoine a le profil parfait pour répondre à cette mission. C'est un meneur d'hommes, il aime le club, il a des valeurs", a préféré retenir Franck Kita, le directeur général des Canaris, le jour de son intronisation. Si ce mouvement a soulevé beaucoup d’interrogations, le schéma n’a rien de nouveau. Le recours en pleine saison à un visage déjà connu du championnat de France est une habitude fréquente. Parce...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi