Guerre en Ukraine : Poutine n’a pas aimé cette remarque de Macron sur sa relation avec la Chine

Emmanuel Macron a estimé ce  dimanche 14 mai que la Russie avait commencé une « vassalisation » à l’égard de Pékin. Le Kremlin dénonce cette affirmation.
Emmanuel Macron a estimé ce dimanche 14 mai que la Russie avait commencé une « vassalisation » à l’égard de Pékin. Le Kremlin dénonce cette affirmation.

Dans un entretien à « L’Opinion », Emmanuel Macron a estimé que la Russie avait perdu géopolitiquement la guerre en Ukraine et entamé une « forme de vassalisation » à l’égard de Pékin.

INTERNATIONAL - « Catégoriquement en désaccord » avec la position défendue par Macron. Le Kremlin a dénoncé ce lundi 15 mai la « compréhension erronée » des relations entre Moscou et Pékin de la part d’Emmanuel Macron, après que le président français eut estimé que la Russie entrait dans « une forme de vassalisation à l’égard de la Chine ».

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

« Cette approche est absolument fausse et résulte d’une compréhension absolument erronée de l’essence de ce qui se passe » entre les deux puissances, a fustigé le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. « Nos relations avec la Chine sont de la nature d’un partenariat stratégique spécial », a-t-il assuré.

Dans un entretien au journal L’Opinion publié dimanche, le chef de l’Etat avait estimé que « la Russie a d’ores et déjà perdu géopolitiquement » en menant une offensive militaire en Ukraine. « Elle a de facto commencé une forme de vassalisation à l’égard de la Chine », a-t-il appuyé.

Union face aux Occidentaux

Dmitri Peskov a de son côté affirmé lundi que la relation entre Moscou et Pékin relevait de la « prise en compte des intérêts mutuels, des avantages mutuels, d’une proximité sur leurs visions du monde, du rejet conjoint des tentatives de dicter (et) d’imposer l’opinion de quelqu’un d’autre sur le développement de nos pays ».

Depuis près de 15 mois, la Chine n’a jamais publiquement condamné l’invasion militaire de Moscou en Ukraine, au contraire de la majorité des grandes puissances mondiales. Mi-mars, le président chinois Xi Jinping s’était même rendu à Moscou pour un sommet très remarqué avec son homologue russe, Vladimir Poutine, où les deux dirigeants avaient affiché leur union face aux Occidentaux.

La Chine a toutefois envoyé cette semaine un émissaire en Europe en vue d’« un règlement politique de la crise ukrainienne ». En plus de se rendre en Russie, Pologne, France et Allemagne, Li Hui sera en Ukraine mardi et mercredi, selon Kiev.

La Russie a affirmé lundi avoir intercepté un missile de longue portée Storm Shadow dans le cadre du conflit en Ukraine, quelques jours à peine après l’annonce par Londres de la livraison de ces armes aux forces de Kiev.

À voir également sur Le HuffPost :

VIDÉO - Alésia : "La pire chose que la Russie a fait de notre peuple, ce n’est pas de nous tuer. Ils ont fait bien pire"

Guerre en Ukraine : Erdogan et le patron de l’ONU à Lviv pour évoquer la sortie du conflit

En Ukraine, Erdogan propose sa médiation pour Zaporijjia