KTM veut maintenant compter dans la course au titre

Léna Buffa
·4 min de lecture

Par la voix de son PDG, KTM n'a jamais caché ses ambitions au moment d'ouvrir le chapitre MotoGP d'une Histoire qui se trouvait déjà riche grâce aux pages écrites dans d'autres disciplines. Quand on est habitué à transformer chaque projet en réussite, impossible de nourrir des objectifs au rabais à l'heure de s'attaquer à la discipline la plus prestigieuse, cela va de soi.

Si les rêves de gloire de Stefan Pierer pouvaient sembler quelque peu démesurés à une époque où la RC16 attirait encore l'œil plus pour sa singularité que pour ses résultats, ils sont devenus beaucoup plus réalistes en 2020, avec les premiers succès obtenus en course par le groupe autrichien.

L'objectif initial pour cette quatrième campagne dans la catégorie reine des Grands Prix était de se rapprocher des avant-postes et de se battre pour le podium. Il y eut finalement huit trophées décrochés, et surtout trois victoires en seulement 14 courses, auxquelles se sont ajoutées trois pole positions. Au championnat, , lui aussi dans le top 10. Et KTM a pu battre Honda et Aprilia au classement des constructeurs, et même les structures officielles Ducati ou encore Yamaha dans celui des équipes.

Il n'en fallait pas plus pour que Stefan Pierer nourrisse des ambitions toujours plus hautes pour la suite. Alors que l'équipe entre dans sa cinquième année en course, le grand patron n'y va pas par quatre chemins : ce qu'il veut désormais, c'est le titre. "Notre objectif pour l'année prochaine [2021, ndlr] est que nous voulons nous battre pour le titre, et si possible le gagner", annonce-t-il à Speedweek.

"En 2020, nous avons atteint et dépassé nos objectifs. Nous disposons maintenant d'une base technique qui permet à plusieurs types de pilotes de gagner et de terminer aux premières places et qui, pour la première fois, donne également de meilleures chances aux rookies, comme on l'a vu avec Brad Binder et Iker Lecuona", analyse Stefan Pierer.

Lire aussi :

De trop neuve à crainte : 4 ans d'évolution de la KTM vus par Espargaró

Les surprises observées en 2020 ont conforté la direction de KTM dans le fait que la marque autrichienne avait elle aussi les moyens de s'affirmer. Après le retour au sommet de Suzuki, plus précoce que ne le prévoyait l'équipe dirigée par Davide Brivio elle-même, c'est à Mattighofen que l'on se prend à rêver. Le line-up ne fait que renforcer la confiance déjà alimentée par les progrès majeurs accomplis par la moto ces derniers mois, puisque trois des vainqueurs de 2020 feront partie des effectifs : Miguel Oliveira et est, lui, en position de confirmer les promesses affichées au cours de sa première année, couvé par un Hervé Poncharal bien décidé à lui donner les meilleures chances de développement.

"C'était bien de montrer que nous pouvions gagner des courses", retient Pit Beirer, toujours dans les colonnes de Speedweek. Mais bien que décidé à poursuivre sur cette lancée, le patron de KTM Motorsport se veut plus prudent que son supérieur : "En ce qui concerne l'équipe et la moto, nous sommes prêts à viser une place dans le top 3 du championnat pilotes en 2021."

Car Pit Beirer le sait, la performance de base de la machine ne fait pas tout. "Si nous faisions la liste de tous ceux qui auraient été vice-Champions du monde s'ils avaient commis deux ou trois erreurs de moins, alors nous en aurions huit en 2020. C'est comme ça en course : il faut être compétitif et rapide, mais on ne peut pas se permettre de faire beaucoup d'erreurs."

Lire aussi :

Pour Petrucci, passer chez KTM "ce sera un peu quitte ou double"

"Je suis plus heureux de la cinquième place de Pol au championnat que je ne suis en colère que nous ayons perdu le titre de vice-Champion du monde", souligne-t-il. "Le niveau de 2020 était nouveau pour nous. Nous avons réussi à franchir une étape vraiment majeure vers un nouveau niveau. Personne ne pensait que nous pourrions terminer à la cinquième place du championnat pilotes et à la troisième place du championnat des équipes. Ces résultats sont maintenant des faits et nous en sommes extrêmement heureux."