Kurtley Beale, l’enfant terrible du rugby australien débarque au Racing 92

Coudry, Arnaud
Sport24
Kurtley Beale à l'entraînement lors de la Coupe du monde 2019 au Japon / Panoramic
Kurtley Beale à l'entraînement lors de la Coupe du monde 2019 au Japon / Panoramic

Le polyvalent trois-quarts des Wallabies, connu pour son talent mais aussi ses débordements, s’est engagé pour deux saisons avec le club des Hauts-de-Seine. 

Alors que les clubs du Top 14 sont à l’arrêt en raison de la pandémie de coronavirus, les dirigeants s’activent en coulisses pour préparer la saison prochaine. Et le Racing 92 vient de frapper un grand coup en enrôlant, selon les informations de L'Equipe, le polyvalent trois-quarts Kurtley Beale pour les deux prochains exercices. Un transfert qui vient pallier le départ, en fin de saison, de l’arrière international tricolore Brice Dulin en partance pour le Stade Rochelais. 

» LIRE AUSSI -   La finale du Top 14 reprogrammée au 18 juillet

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Depuis plusieurs saisons, Kurtley Beale s’est imposé comme un Wallaby de premier plan et un trois-quarts de classe mondiale. Véritable couteau suisse, le joueur d'origine aborigène, né à Blacktown (Nouvelle-Galles du Sud), est capable de jouer aux postes de demi d'ouverture, de centre, d'arrière ou d’ailier. Il compte 92 sélections avec l’Australie et a participé aux trois dernières Coupes du monde. Pourtant, ce joueur traîne également une réputation sulfureuse. Celle de l’enfant terrible du rugby australien. Une carrière émaillée de nombreux incidents, de plusieurs débordements. 

Mises à l'écart régulières des Wallabies

Il s’était notamment battu avec son coéquipier aux Melbourne Rebels, Cooper Vuna, dans le bus qui transportait l’équipe. Plus problématique, il avait dû être suivi médicalement pour ses problèmes (...) Lire la suite sur sport24.com

La finale du Top 14 reprogrammée au 18 juillet

A Clermont, Azéma ne se fait pas d’illusions : «Le fil de la saison est perdu»

Laporte : «La Fédération va aussi aider le rugby pro pour éviter qu’il ne meure»

De Cromières (Clermont) : «Il n’est pas question d’un combat de coqs ni d’intérêts égoïstes»

Inscrivez-vous à la newsletter de Sport24

À lire aussi