Kylian Mbappé : l’avenir tourné vers le Ballon d’Or

Ambre GodillonJournaliste Yahoo Sport

À la sixième place du Ballon d’Or 2019, Kylian Mbappé doit encore se contenter de regarder de loin le plus prestigieux des trophées individuels. Mais alors, c’est pour quand ?

Ce lundi soir, le théâtre du Châtelet était aussi celui du sacre de Lionel Messi. Un sixième Ballon d’Or pour une éternité de talent.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Kylian Mbappé, lui, entre deux mots doux adressés à son homologue argentin, et un trophée remis à son successeur au Trophée Kopa, semblait un brin chafouin. Le visage crispé des champions désavoués, aux pieds de leurs rêves. À quelques longueurs, encore, d’un podium du Ballon d’Or qui fait saliver les joueurs les plus talentueux du monde depuis quelques générations déjà.

Mais c’est peut-être aussi et surtout parce que la planète football avait les yeux braqués sur lui, comme pour mieux mettre en exergue l’échec de celui qui avait pour habitude d’avaler les records de précocité aussi vite que les kilomètres dans son couloir.

La déception est aussi logique que l’impatience des amateurs de football. Mais s’il semble dérisoire de rappeler que l’attaquant parisien n’a que 20 ans, ça l’est un peu moins quand on se dit qu’il a éclos il y a seulement trois ans au niveau professionnel et qu’il a déjà squatté à trois reprises le top 10 des meilleurs du monde. Qu’en trois ans, le natif de Bondy a raflé trois titres de champions de France dans deux équipes différentes, qu’il n’est qu’à trois unités des 100 buts en club, qu’il est devenu l’un des piliers de sa sélection et l’icône d’une génération championne du Monde. Que c’est avec son nom, aussi, qu’est né le Ballon d’Or des Espoirs. 

Ce qu’a réalisé Mbappé à son âge est aussi inédit et improbable que les attentes qui planent forcément autour de cette cadence infernale. Forcément, le problème avec ces records, c’est qu’on s’attend à ce que les chemins de croix les plus sinueux deviennent de douces promenades de santé. Alors que non, un Ballon d’Or ne s’acquiert pas si facilement, même quand on s’appelle Kylian Mbappé. Preuve en est, s’il en fallait une, c’est qu’aucun Ballon d’Or de l’histoire n’a jamais été sacré à son âge.

« Cette année ? Je dois être lucide, par rapport à la saison de certains autres joueurs, je ne mérite même pas le podium. Avec le PSG, nous avons déçu en Ligue des champions. J'ai encore le temps de le gagner, je n'en fais pas une obsession », concédait l’intéressé à Ouest-France la semaine dernière, avec lucidité. 

Pour devenir le meilleur joueur du monde, l’attaquant a encore du chemin à parcourir. Des choses à prouver, une régularité à confirmer, des qualités à déployer. Cette année, et malgré la bataille de 39 buts inscrits (c’est simple, seul Messi a fait mieux en Europe), le Parisien n’était pas au paroxysme de ce que son talent présage. Pourtant, il parvient à se classer sixième de la plus grande récompense individuelle au monde, et premier français du classement. Devant lui, des vainqueurs européens, des joueurs de classe mondiale, des légendes confirmées… 

Mbappé, qui pâtit à la fois du niveau de la Ligue 1, de son manque de rayonnement, mais aussi et surtout du niveau du PSG en Ligue des Champions, ne pourra-t-il pas que faire mieux les saisons prochaines ? Voilà qui devrait assagir le débat à l’égard de ses ambitions, surtout quand on sait qu’évoluer à la même époque que le duo Messi-Ronaldo réduit considérablement les chances de réussite individuelles. 

Mais justement, ne sont-elles pas là, les plus belles promesses ? Car à part Kylian Mbappé, quel autre joueur peut se targuer aujourd’hui d’incarner le successeur naturel de ces deux monstres ? C’est un fait, à l’heure où de grands joueurs comme Mané et Van Dijk capitalisent sur des exploits collectifs à l’instant T, à l’heure où les Neymar et Pogba se sont éclipsés des débats, et alors que Messi et Ronaldo vont inexorablement se rapprocher de la fin de leur carrière, personne d’autre sur la planète foot n’a actuellement le crédit de Kylian Mbappé. Et il faudra certainement attendre un peu avant de voir un joueur réaliser un début de carrière et une entrée aussi tonitruante que lui dans le classement du Ballon d’Or. 

Sa chance, par ailleurs, c’est d’avoir déjà cumulé un assez beau C.V pour commencer à grailler du terrain pour cocher le critère « carrière », des statistiques assez reluisantes pour animer les débats, une popularité déjà digne des plus grands et un goût pour les campagnes de com aussi bien dosées qu’une passe de Di Maria.

Pour gravir les échelons, rien ne sert de se mentir, Mbappé le sait : après la révélation, l’explosion en mondovision et l’année de la confirmation, le prodige va devoir relever deux défis. Rester en haut, et comme son club, dépasser le plafond de verre continental, pour commencer à rêver vraiment plus grand. C’est à ce prix qu’il pourra espérer mettre un crampon dans une nouvelle dimension. 


À lire aussi