Kyrgios après sa victoire au premier tour de l'US Open : « L'un des matches les plus inconfortables que j'ai joués »

Nick Kyrgios a remporté son premier tour à l'US Open. (E. Bolte/Presse Sports)

Victorieux de son compatriote Thanasi Kokkinakis en trois sets (6-3, 6-4, 7-6 [4]), lundi, l'Australien Nick Kyrgios s'est confié sur la difficulté de devoir faire face à un ami.

Le court Arthur-Ashe avait des faux airs de Rod Laver Arena ce lundi soir. Quelques minutes après la victoire de Serena Williams, qui repoussait son départ à la retraite de quelques jours, Nick Kyrgios et Thanasi Kokkinakis, vainqueurs du dernier Open d'Australie en double, s'affrontaient au premier tour de l'US Open. Si le récent finaliste à Wimbledon s'est aisément imposé en trois sets (6-3, 6-4, 7-6 [4]), il n'a pas manqué de rendre hommage à sa victime du jour.

« Il y a probablement deux ou trois joueurs sur le circuit avec qui je vais rester en contact jusqu'à ma mort, pour être honnête. Thanasi est l'un d'entre eux. C'était vraiment difficile », a déclaré Nick Kyrgios après son succès. De son propre aveu, ce premier tour est « l'un des matches les plus inconfortables » qu'il a eu à jouer dans sa carrière. Pour preuve, il a avoué avoir essayé de ne pas regarder son adversaire tout au long de la rencontre, de manière à faire abstraction d'un contexte forcément particulier.

Un désir de retour à la maison

Auteur de 42 coups gagnants, intraitable derrière sa première balle (86 %), le joueur de 27 ans a donc rallié sans difficulté le deuxième tour, où il affrontera le Français Benjamin Bonzi, vainqueur de son duel 100 % tricolore face à Ugo Humbert. Sûr de ses forces et de la « façon dont il joue », l'Australien a néanmoins concédé être « épuisé » physiquement. « 99 % de la planète tennis ne comprend pas ce que c'est que de partir aussi longtemps de chez soi. C'est brutal. Il y a des bébés qui naissent dans ma famille, maman est malade, papa ne va pas bien. Je dois continuer à voyager », a lâché le 25e joueur mondial, pour qui l'US Open devrait être un point d'orgue cette saison.

lire aussi

Le tableau