L'économiste Pierre Rondeau incite à "boycotter" le mondial au Qatar en "regardant les matchs en streaming illégal"

Il boycottera le tournoi. Hier soir, dans "C ce soir" sur France 5, Karim Rissouli a organisé un débat autour des controverses liées à la Coupe du monde de football au Qatar. Prévue pour le mois de novembre prochain, la compétition est très critiquée, notamment pour les conditions de travail abusives des travailleurs étrangers pour préparer le mondial. De plus, le pays est pointé du doigt pour sa politique contre le droit des femmes et des homosexuels. En plateau, pour en parler, le présentateur a convié le spécialiste de l'économie du sport Pierre Rondeau, le journaliste de RMC Daniel Riolo et entre autres Nathalie Iannetta, directrice des sports à Radio France.

"Si tout le monde fait ça, les chaînes de télévision arrêtent de payer 150 millions d'euros pour diffuser le mondial"

Au cours de l'émission, l'économiste Pierre Rondeau a confié qu'il comptait boycotter la Coupe du monde de football en suivant les matchs en streaming illégal. "Je suis très sceptique sur le succès populaire de ce mondial. On parle de 6 milliards de dollars de bénéfice par édition. Avec le prix des billets, avec les critiques de la part des peuples occidentaux... Et peut-être même envisager un boycott de la part des supporters ! Vont-ils regarder le mondial et comment vont-ils le regarder ?", s'est demandé le pensionnaire de "Estelle Midi" sur RMC et RMC Story.

"Moi, personnellement, je boycotterai ce mondial en regardant les matchs en streaming illégal. En...

Lire la suite


À lire aussi

beIN Sports : La lutte contre le "streaming illégal", une "priorité"
Didier Quillot (LFP) - P4 : "La Ligue 1 n'est pas encore une marque mondiale"
Le RN boycotte BFMTV : "Nous dirons à nos militants de regarder d'autres chaînes"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles