En légère hausse, Wall Street en chemin pour une semaine positive

Wall Street, à New York
Wall Street, à New York

La Bourse de New York a ouvert en légère hausse vendredi s'apprêtant à terminer la semaine dans le vert encouragée par l'espoir d'une issue positive sur le plafond de la dette américaine.

L'indice Dow Jones avançait de 0,24%, le Nasdaq, à dominante technologique, grappillait 0,07% et le S&P 500 de 0,34% vers 14H00 GMT.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

La veille, le Dow Jones s'était apprécié de 0,34%, l'indice Nasdaq avait engrangé 1,51% et l'indice élargi S&P 500 avait gagné 0,94%.

Nasdaq et S&P 500 ont terminé respectivement 12.688,84 et 4.198,05 points, au plus haut depuis près de neuf mois en clôture.

Sur la semaine, à la clôture de jeudi, l'indice des valeurs vedettes a déjà pris 0,70%, le Nasdaq est en hausse de 3,3% et l'indice élargi, le plus représentatif du marché, obtient un gain hebdomadaire de 1,8%.

"Un certain optimisme cette semaine autour des discussions sur le plafond de la dette a été le catalyseur qui a fait monter les actions", a indiqué Patrick O'Hare de Briefing.com.

"Cet optimisme est encore valide alors que le président Joe Biden comme le chef des républicains à la Chambre Kevin McCarthy ont tous deux fait part de progrès dans les discussions", a-t-il ajouté.

Si la limite d'emprunt des Etats-Unis n'est pas relevée par le Congrès d'ici le 1er juin, le pays pourrait tomber en défaut de paiement sur sa dette, une éventualité potentiellement catastrophique pour les marchés financiers mondiaux.

Le président américain, qui participe actuellement à un G7 au Japon où de nouvelles sanctions contre Moscou ont été annoncées, doit revenir dimanche à Washington pour tenter de boucler un accord de principe avec l'opposition républicaine.

Les investisseurs vont aussi guetter en matinée une intervention du président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Jerome Powell au cours d'une conférence sur "les perspectives de politique monétaire".

"On peut suspecter qu'il essayera d'être neutre en soulignant que la Fed reste dépendante des données", a supputé Patrick O'Hare.

Un des membres du Comité monétaire, Lorie Logan de la Fed de Dallas a toutefois suggéré jeudi qu'une hausse supplémentaire des taux pourrait être nécessaire lors de la prochaine réunion.

Sur le marché obligataire, les taux à dix ans continuaient de se tendre à 3,70% contre 3,64% et ceux à deux ans passant à 4,33% contre 4,25% aussi porté par l'espoir d'un accord sur la dette qui redonne aux bons du Trésor tout leur aura de valeur refuge.

A la cote, Disney perdait 1,73% après avoir annoncé qu'il renonçait à la construction d'un campus pour ses employés de près d'un milliard de dollars en Floride alors que le groupe de divertissement est en pleine brouille avec le gouverneur de l'Etat, Ron DeSantis.

Le distributeur Walmart perdait 1,35% même si l'enseigne des supermarchés bon marché a relevé ses prévisions pour 2023. Le groupe a aussi reconnu qu'il attirait davantage de consommateurs au budget restreint par l'inflation, ce qui inquiète les investisseurs sur l'allant du consommateur américain.

Point positif, les banques régionales continuaient de se redresser ou au moins de rester dans le vert: PacWest gagnait 6,76%, Western Alliance avançait de 0,88% et Zions Bancorporation de 0,59% vers 13H45 GMT.

Le pdg de la banque Morgan Stanley (-0,83%) James Gorman, 64 ans, a annoncé vendredi qu'il comptait démissionner dans l'année ce qui lance une course pour sa succession.

Le distributeur de chaussures de sport Foot Locker s'écroulait de 25% alors que ses résultats ont été décevants au premier trimestre et l'enseigne a abaissé ses prévisions de résultats annuels.

Nasdaq

vmt/pta

Plus de contenus provenant de