Léolia Jeanjean affronte « l'invité surprise » Irina-Camelia Begu au 3e tour de Roland-Garros

Irina-Camelia Begu compte quatre titres, aucun sur terre battue. (Rob Prange/afp7)

Au troisième tour de Roland-Garros ce samedi, la Française Léolia Jeanjean fera face à la Roumaine Irina-Camelia Begu, qui aurait pu être disqualifiée.

Si personne n'aurait pu prédire, il y a dix jours, la présence de Léolia Jeanjean (227e WTA) au troisième tour de Roland-Garros, son adversaire du jour peut aussi se considérer comme une invitée surprise.

Jeudi midi, au deuxième tour, ­Irina-Camelia Begu (63e) a eu un geste d'humeur qui aurait pu entraîner son expulsion du tournoi. Elle venait de céder le break au troisième set contre la Russe Ekaterina Alexandrova quand, alors qu'elle regagnait sa chaise en ­ruminant ses idées noires, elle jeta sa raquette au sol. Cette dernière a ­rebondi jusque dans le public.

Un enfant a crié et s'est effondré, ­en larmes. L'ex-22e joueuse mondiale ne semblait guère concernée et ­farfouillait dans son sac, jusqu'à ce que le juge-arbitre descende de sa chaise et lui indique qu'il ne pouvait faire autrement qu'appeler le superviseur. À ce moment, difficile de penser que la Roumaine allait échapper à la disqualification.

Irina-Camelia Begu

« C'était un peu embarrassant pour moi, je n'ai pas trop envie d'en parler. Je n'ai jamais fait cela de ma carrière. Je ne me sens pas très bien, pas à l'aise. Est-ce qu'on peut passer à autre chose ? »

Il n'en fut rien. Le superviseur expliqua sa décision par le fait que Begu n'avait pas intentionnellement jeté sa raquette vers les spectateurs (elle semblait effectivement surprise d'un tel rebond) et, surtout, qu'après avoir parlé avec les parents de l'enfant, il s'avérait que celui-ci avait été choqué, mais pas touché par la raquette.

Il fut confirmé qu'il n'avait subi aucun dommage physique. La sanction se limita donc dans un premier temps à un avertissement pour violation du code de conduite. Une décision peu appréciée du public et de son adversaire, qui perdit son service dans la foulée, puis le match.

« C'était un peu embarrassant pour moi, je n'ai pas trop envie d'en parler, exliqua ensuite Begu. J'aimerais m'excuser, je n'ai jamais fait cela de ma carrière. Je ne me sens pas très bien, pas à l'aise. J'aimerais bien ne pas en parler plus que cela. Est-ce qu'on peut passer à autre chose ? »

Ça n'était pas l'intention de Nick Kyrgios qui, à son réveil en Australie, demanda sur Twitter, si Begu allait être punie d'une amende de 25 000 dollars. Il faisait référence à un incident en mars à Indian Wells après sa défaite contre Rafael Nadal en quarts de finale. Sa raquette avait frôlé un ramasseur de balles après qu'il l'eut fracassée au sol de rage. Andy Roddick lui répondit qu'il ne fallait pas tout mélanger car le geste de Begu était clairement moins intentionnel que celui de Kyrgios.

Mais il reconnaissait que Kyrgios avait raison de s'interroger sur le montant de l'amende et regrettait la multiplication de ces mauvais gestes. Finalement, la Roumaine de 31 ans a reçu une sanction de 10 000 €, soit 12,5 fois moins que le prize money déjà garanti pour son troisième tour.

lire aussi

Le tableau du tournoi simple dames

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles