Léon Marchand, la nouvelle star de la natation dont vous n'avez pas fini d'entendre parler

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Léon Marchand, double champion du monde en 200m 4 nages et 400m 4 nages, est la nouvelle star de la natation française et mondiale. (Photo: via Associated Press)
Léon Marchand, double champion du monde en 200m 4 nages et 400m 4 nages, est la nouvelle star de la natation française et mondiale. (Photo: via Associated Press)

Léon Marchand, double champion du monde en 200m 4 nages et 400m 4 nages, est la nouvelle star de la natation française et mondiale. (Photo: via Associated Press)

NATATION - Il a marché sur l’eau lors des Championnats du monde de natation à Budapest, qui prennent fin ce samedi 25 juin. Léon Marchand, prodige de 20 ans, a remporté trois médailles individuelles - dont deux en or - lors de la compétition. De quoi donner un nouveau souffle à une équipe de France en manque d’inspiration et faire espérer un grand spectacle aux Jeux olympiques de Paris en 2024.

Léon Marchand, déjà multiple champion de France, émerge sur la scène internationale à Tokyo en 2021. Il concourt sur trois courses pour sa première participation aux JO et se hisse en finale du 400m 4 nages, où il termine à la 6e place. Dans une interview accordée à L’Équipe, il se dit alors “content de (s)on temps” lors de cette expérience “géniale”.

Un an plus tard, Marchand a changé de dimension. À Budapest, le nageur domine les courses où il est aligné en individuel, d’abord samedi 18 juin avec le 400m 4 nages, où il commence très fort et décroche la médaille d’or en 4′04. Il bat à cette occasion le record des championnats du monde et claque la deuxième meilleure performance mondiale de tous les temps, derrière Michael Phelps, le plus grand champion de natation avec 23 médailles d’or olympiques.

Trois jours après les premiers frissons, Léon Marchand décroche l’argent en 200m papillon en battant le record de France, datant de 1992 - le Toulousain est né exactement une décennie plus tard.

Troisième course, troisième médaille ce mercredi 22 juin, au 200m 4 nages cette fois. Léon Marchand prend de nouveau l’or et bat son propre record de France. ll devient le troisième nageur français à décrocher deux titres individuels mondiaux la même année, après Laure Manaudou à Melbourne en 2007 et son frère Florent Manaudou en 2015 à Kazan.

Aux États-Unis avec “les meilleurs nageurs du monde”

Que s’est-il passé entre Tokyo et Budapest? Peu après les JO, Léon Marchand décide de partir aux États-Unis. Originaire de Toulouse, il s’entraîne depuis toujours chez les Dauphins du TOEC. Mais il veut “découvrir une autre culture, voir de nouveaux nageurs, pouvoir nager contre les meilleurs nageurs du monde”, explique-t-il à l’ÉquipeLe jeune sportif souhaite aussi concilier études et sport de haut niveau, un rythme de vie encore compliqué à mener en France.

Ses parents, eux-mêmes anciens champions de natation, l’encouragent. Xavier Marchand est le vice-champion du monde du 200m 4 nages 1998, tandis que Céline Bonnet est ancienne recordwoman de France des 100m 4 nages et 200m 4 nages. Tous deux ont également fait un passage aux États-Unis, et lui assurent que “ce sera une bonne expérience”.

Le nageur s’envole donc pour l’Université d’Arizona à la rentrée afin d’être entraîné par Bob Bowman, qui n’est autre que l’ancien coach de Michael Phelps. Sur place, le jeune Français s’adapte au rythme des nageurs Américains “toujours à fond”. Un choc pour lui qui avait ”(s)on petit échauffement tranquille”, raconte-t-il à l’AFP.

Bob Bowman entouré de ses deux nageurs, Chase Kalisz (à gauche) et Léon Marchand (à droite)

Depuis son arrivée au pays de l’oncle Sam, Léon Marchand a pris quelques kilos. “Je pense qu’il y a deux choses qui ont fait ça: c’est la muscu (...) et la bouffe. La nourriture est quand même vachement plus grasse là-bas, on mange beaucoup de burgers, de pizzas, c’est comme dans les films!”. Et de poursuivre: “Mais je pense que je me sens mieux dans l’eau. Je suis plus puissant et j’arrive mieux à finir mes courses, donc au final, c’est bénéfique.” La preuve, il a fait sensation au championnat universitaire américain début avril, avec deux victoires, dont un record sur le 200 yards 4 nages.

“C’est un génie”

C’est donc plus confiant, moins stressé qu’il a abordé les championnats du monde, où son talent a éclos. “Depuis samedi [et la première médaille], je me réveille, je suis au paradis. Je suis trop content d’être là. Je suis super content de moi”, a déclaré le nouveau champion après ses courses. “C’est un génie”, s’est même extasié l’ancien nageur Camille Lacourt, désormais consultant pour France télévisions, diffuseur de la compétition.

Les comparaisons avec Michael Phelps commencent aussi à poindre. Toutefois, Léon Marchand ne veut pas en entendre parler: “Je suis très, très loin de lui. Et Bowman n’a pas eu que Phelps, il a eu plein d’autres monstres. Disons que j’ai envie de créer ma propre voie, je n’ai pas envie de suivre celle de Phelps”, affirme-t-il à l’AFP. Au micro de France télévisions, Bob Bowman a également déclaré jeudi 23 juin: “Léon est le premier Léon, pas le deuxième Michael.”

Léon Ier, donc, a de grandes ambitions. Il a toujours rêvé de devenir champion olympique et vise désormais les JO 2024. “On a mis pas mal de choses en place pour Paris parce qu’on sait que ça va être le moment où il y aura le plus d’attentes et de pression”, souligne-t-il à l’AFP. Il est déjà suivi par un préparateur mental en vue de cette échéance, en plus de toutes les autres.

Léon Marchand, déjà star des JO 2024

Pour Philippe Lucas, le plus connu des entraîneurs français, qui le qualifie de “talentueux”, son succès aux JO ne fait aucun doute. ”À moins qu’il y ait un type qui débarque et qui nage 4′04 au 400m 4 nages”, il a toutes les chances de remporter le métal le plus précieux. Et même “plusieurs fois”, ajoute sur RMC l’ancien coach de la championne olympique Laure Manaudou. Le jeune nageur devrait d’ailleurs devenir l’une des têtes d’affiche de ces JO à domicile, au moins dans sa discipline.

En attendant, il s’impose comme le moteur de l’équipe de France à Budapest et a inspiré plusieurs de ses coéquipiers: Maxime Grousset a remporté la médaille d’argent - à un cheveu de l’or ! - en 100m nage libre et le bronze en 50m nage libre, Marie Wattel a terminé à la même position en 100m papillon, tout comme Mélanie Henique au 50m papillon, et Analia Pigrée a décroché le bronze en 50m dos. La France a encore des chances de médailles avant la fin de la compétition ce samedi 25 juin, avec des épreuves de relais.

Cette jeune génération se rendra également aux championnats d’Europe de natation, du 11 au 21 août prochain en Italie. Léon Marchand devrait participer à ce rendez-vous international, où il tâchera de confirmer son statut de grand espoir de la natation française.

À voir également aussi sur le Huffpost: Avec ses plongeons acrobatiques, ce garçon de 14 ans défie tous les clichés

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles