L'équipe d'Australie critique les « souffrances » liées à l'organisation de la Coupe du monde au Qatar

(Presse Sports)

Dans un communiqué, l'équipe nationale de football d'Australie s'est émue jeudi des « souffrances » qui ont accompagné l'organisation de la Coupe du monde au Qatar.

La sélection australienne est devenue la première équipe qualifiée pour la Coupe du monde 2022 à critiquer ouvertement le Qatar en publiant un communiqué : « Nous reconnaissons les progrès significatifs et les réformes législatives qui ont eu lieu au Qatar ces dernières années pour reconnaître et protéger les droits des travailleurs et nous encourageons tous les acteurs à poursuivre dans cette voie des réformes. Toutefois, nous avons également appris que le tournoi a été associé à la souffrance de travailleurs migrants et de leurs familles et cela ne peut être ignoré. »


Le communiqué est accompagné d'une courte vidéo dans laquelle figurent 16 joueurs de l'équipe des Socceroos. « Ces deux dernières années, nous nous sommes consacrés à comprendre et mieux connaître la situation au Qatar, expliquent les joueurs. Nous ne sommes pas des experts mais nous avons écouté des groupes tels qu'Amnesty (International), la FIFA et, plus important, des travailleurs étrangers au Qatar. »


lire aussi

Qui boycottera la Coupe du monde au Qatar ?


Des changements « incohérents »

Les joueurs poursuivent en mentionnant les réformes prises par les autorités qataries sur les conditions de travail dans le pays mais estiment que ces changements sont « incohérents » et pourraient être améliorés. Depuis que la FIFA a attribué le Mondial au Qatar en 2010, le pays est critiqué à propos du traitement des personnes LGBT mais aussi des travailleurs étrangers et des femmes ou encore de la climatisation de sept de ses huit stades. Des organisations de défense des droits humains comme HRW et Amnesty International ont appelé le Qatar et la FIFA à créer un fonds d'indemnisation pour les ouvriers victimes des chantiers du Mondial, doté de 440 millions de dollars, soit l'équivalent des dotations sportives promises aux 32 sélections alignées.

Le Qatar affirme de son côté avoir mené de nombreuses réformes ces dernières années. Des efforts restent cependant à faire au niveau de leur mise en oeuvre, a estimé le secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats, Luca Visentini, lors d'une visite cette semaine à Doha.


lire aussi

Tous nos articles sur la Coupe du monde