L'accrochage Vettel/Leclerc, une "crise" nécessaire pour Ferrari

Fabien Gaillard

(pourtant considéré par Mattia Binotto comme ayant la "priorité" dans les situations de "50/50"), au point qu'il a souvent fallu intervenir pour régler des situations en piste. Les consignes et autres stratégies internes ont en effet été au cœur de la saison de Maranello, qui a rapidement compris que la lutte pour les couronnes mondiales allait rapidement s'évanouir.

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Bilan 2019 - Vettel, l'ennemi vient de l'intérieur

De consignes contestées ou incomprises en stratégies établies avant mais discutées pendant la course, la situation (en piste) entre Vettel et Leclerc a semblé s'assombrir à de nombreuses reprises, particulièrement à Singapour (où la stratégie de Ferrari a vu Vettel être propulsé en tête de la course au détriment de Leclerc) et en Russie (où Vettel a conservé la tête de course alors qu'il était entendu qu'il devait la rendre après le départ). Mais c'est lors de l'avant-dernier GP de la saison que les choses ont basculé vers un autre niveau : les deux hommes se sont légèrement touchés en fin de course, conduisant à leur abandon. L'abandon de deux Ferrari dans un accrochage entre elles, une situation inédite dans l'Histoire de la F1 et peut-être un mal pour un bien.

Ainsi, s'exprimant pour une sélection de médias, dont Motorsport.com, Louis Camilleri, le PDG de Ferrari, a abondé dans le sens du team principal Binotto quelques semaines auparavant, indiquant en sus que cet événement permettrait de régler "les difficultés perçues, les tensions entre eux et [d'aller contre] certaines critiques concernant notre incapacité à les gérer".

Lire aussi :

Villeneuve : La gestion du cas Leclerc a fait du mal à Ferrari

"Beaucoup a été écrit", a-t-il poursuivi. "Vous devez savoir qu'en coulisses, ils s'entendent très bien. Il y a un grand respect entre eux, ils plaisantent ensemble, et il y a une relation qui est très bonne. Clairement, ils sont tous les deux très compétitifs. Et le Brésil a été un cauchemar. Cependant, les choses ont été clarifiées. Et je pense qu'il faut parfois une crise pour fixer les règles de façon appropriée."

"Je crois qu'ils ont tous les deux réalisé que Ferrari avait été la principale victime de leur collision. Et, en fait, je pense qu'en allant plus avant, ça donne à Mattia un bien meilleur moyen de les gérer, et ça les rend aussi beaucoup plus réceptifs parce qu'ils réalisent à quel point ils ont merdé."

Avec Scott Mitchell 

À lire aussi