L'arrivée d'un ex-ingénieur d'Hamilton, une "opportunité" pour Bottas

Fabien Gaillard

Après le départ de Tony Ross en fin de saison 2018 vers l'écurie de Formule E, Valtteri Bottas a dû être doté d'un nouvel ingénieur de course. Mercedes a choisi de lui adjoindre celui qui était jusqu'ici l'ingénieur performance de Lewis Hamilton, Riccardo Musconi. Même si, en fin de compte, le Finlandais n'a pas vraiment réussi à être une menace durable pour le Britannique en 2019, il a tout de même signé sa meilleure saison en remportant quatre victoires, en réalisant cinq poles et en terminant second du championnat pilotes.

"C'était une bonne chose pour moi d'avoir un changement, une différence façon de travailler avec des ingénieurs", a déclaré Bottas à Motorsport.com à propos du travail avec Musconi. "Et aussi d'avoir Ricci en provenance de chez Lewis, il a travaillé avec lui, donc il connaît en détails ses techniques de pilotage et la façon dont il règle la voiture. Bien sûr, c'est toujours une grande opportunité pour moi d'avoir peut-être quelque chose d'encore plus important que ce que j'ai normalement lors des réunions et ce que j'obtiens avec les données. C'était une bonne chose d'avoir ce genre d'approche du côté de l'ingénierie."

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Les 10 moments qui ont décidé du titre F1 2019

En 2016, Hamilton, qui faisait alors équipe avec Nico Rosberg, avait vécu difficilement un changement d'équipe qui comprenait cinq échanges entre les deux côtés du garage Mercedes, dont celui des chefs mécaniciens. Cependant, les choses ont semblé plus calmes sur ce plan cette saison, ce qui pour Bottas témoigne de la bonne relation entretenue entre les deux pilotes. "Il n'y a jamais eu le moindre problème sur ce point. Cela démontre assurément que nous gérons les choses comme elles viennent. [Hamilton] a toujours envie d'être meilleur qu'il ne l'est actuellement. Pour lui aussi, avec des gens différents, c'est également une opportunité."

Hamilton a malgré tout expliqué que le changement de personnel rendait les choses "plus difficiles" pour lui car il doit de nouveau bâtir une solide relation avec le remplaçant de Musconi tout en voyant son équipier bénéficier de conseils issus de la propre expérience entre son ancien ingénieur et lui. "C'est un ingénieur très talentueux et naturellement, il veut progresser, personne ne veut rester au même poste, et être ingénieur en chef doit être un grand objectif pour un ingénieur", a expliqué Hamilton.

"Mais nous avons tellement appris et, en travaillant ensemble, j'ai tiré de lui des choses qu'il n'aurait peut-être pas imaginé ou qu'il aurait mis plus de temps à découvrir, et vice-versa. Donc ensuite quand il va de l'autre côté, sans aucun doute il va dire : 'Valtteri, pourquoi tu ne fais pas ça, Lewis fait ça, pourquoi pas toi ?'. Cette année, ça a rendu les choses encore plus difficiles parce que j'ai pensé : 'OK, comment je modifie ça ? Comment je change ces petites choses, maintenant qu'ils font pareil, sans perdre de performance ?'. Désormais, je dois affiner cela et passer à l'étape supérieure. Quand c'est déjà proche de 100%, retirer ce 1%, ça réduit l'écart."

À lire aussi