L1: dominé par Lille, Marseille pourrait perdre gros face à Lens

L'attaquant lillois <a class="link " href="https://sports.yahoo.com/soccer/players/1550963" data-i13n="sec:content-canvas;subsec:anchor_text;elm:context_link" data-ylk="slk:Jonathan David;sec:content-canvas;subsec:anchor_text;elm:context_link;itc:0">Jonathan David</a> contre Marseille, le 20 mai 2023 à Villeneuve-d'Ascq
L'attaquant lillois Jonathan David contre Marseille, le 20 mai 2023 à Villeneuve-d'Ascq

Assuré du podium depuis la défaite monégasque à Lyon vendredi, Marseille a peut-être dit adieu à la deuxième place en allant perdre à Lille (2-1) samedi lors de la 36e journée de Ligue 1.

Avec 73 points, l'OM demeure à deux longueurs de Lens, qui se déplace dimanche chez Lorient, un club qui n'a plus rien à jouer en cette fin de saison. Ironiquement, le succès lillois fait donc les affaires du grand rival lensois, plus proche que jamais de la deuxième place directement qualificative pour la Ligue des champions.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Si l'OM grimace, c'est en revanche un excellent résultat pour Lille (5e), qui revient à deux unités de Monaco (4e) et reprend quatre points d'avance sur Rennes (6e) et Lyon (7e), les deux clubs qui peuvent encore priver les Dogues d'une qualification européenne.

Les deux entraîneurs avaient décidé de frapper fort pour ce match: Igor Tudor, en ne retenant pas dans son groupe Dimitri Payet ni Nuno Tavares ; Paulo Fonseca, en alignant d'entrée Carlos Baleba et Jonas Martin. Le premier n'avait plus été à pareille fête depuis le 1er février, tandis que le second ne cumulait qu'une grosse demi-heure de temps de jeu en L1 depuis la Coupe du monde.

Après une entame marquée par les blessures, celle de Gigot côté Phocéen et d'Ismaily côté Nordiste, Marseille a ouvert les hostilités par Jonathan Clauss. Lancé sur la gauche de la surface, l'international français a vu sa frappe touchée par Lucas Chevalier puis par Bafodé Diakité, mais ni l'un ni l'autre n'a réussi à empêcher le ballon de finir sa course au fond des filets (29e).

L'ancien Lensois n'est pas passé loin du doublé quand, servi par Alexis Sanchez juste avant la pause, il a réalisé un petit pont chanceux sur Bafodé Diakité puis a vu sa frappe s'envoler au-dessus des cages de Chevalier (45e).

Face à des Marseillais qui ont su faire mouche sur l'une de leurs rares occasions, les Dogues sont longtemps restés à court de solution, et ont rejoint les vestiaire sans avoir cadré un seul tir.

- Donne inversée -

La donne s'est inversée dès le retour des vestiaires, sur un coup du sort. Sur une passe en retrait vers Pau Lopez, Carlos Baleba a couru de toutes ses forces vers le ballon et est parvenu à le détourner au dernier moment, juste avant d'être accroché par le gardien marseillais qui, lancé, n'a rien pu faire pour l'éviter.

Spécialiste de l'exercice, Jonathan David a transformé le penalty d'une frappe sur la droite du but marseillais (50e). Le Canadien a inscrit huit penalties en championnat cette saison, plus qu'aucun autre joueur de Ligue 1.

Les Lillois ont alors su se montrer plus tranchants, et ont multiplié les attaques lancées, mais ont à chaque fois manqué de précision dans la dernière passe ou le dernier dribble.

Marseille s'est également montré plus entreprenant qu'en première période, mais Alexis Sanchez a été signalé hors-jeu d'un cheveu juste après avoir marqué ce qu'il avait cru être le but du 2-1, sur une belle frappe à l'entrée de la surface (60e).

Le Chilien s'est pris la tête dans les mains quelques minutes plus tard quand, bien servi à l'entrée de la surface, il a manqué son contrôle (69e).

Alors que le K-O semblait proche des deux côtés, ce sont les Lillois qui l'ont administré aux Marseillais. Rentré en jeu quelques minutes plus tôt, Rémy Cabella a adressé un centre millimétré à Jonathan Bamba qui, des 5,50 mètres, n'a plus eu qu'à envoyer le ballon au fond des filets pour offrir l'avantage aux Lillois (72e).

Dans une fin de match sous tension, les Marseillais ont tenté de revenir au score mais se sont heurtés à la défense lilloise et à des imprécisions qui leur ont coûté cher.

kau/bvo