L1: suspense pour le quatuor de tête, un OM chamboulé veut stopper l'OL

·3 min de lecture

Suspense intenable en tête de la Ligue 1: Lille, Lyon, le Paris SG et Monaco lancent ce week-end les 12 dernières journées d'une saison historiquement serrée, un sprint final dans lequel Marseille, qui vient de changer de président et d'entraîneur, aimerait glisser son grain de sable face à Lyon dimanche.

- Le chiffre: 10 -

Cela faisait précisément dix ans que le Championnat de Ligue 1 n'avait pas été aussi serré après 26 journées.

En 2011, Lille, Rennes, Lyon et Marseille se tenaient en quatre points seulement en tête du classement à cette période du Championnat, et le PSG suivait juste derrière avec un point de moins. A l'époque, c'est le Losc de Rudi Garcia qui avait été sacré.

Une décennie plus tard, revoici quatre clubs dans un mouchoir de poche à 12 matches de la fin de saison: Lille, leader impressionnant avec 58 points, devance de trois longueurs l'OL du même Rudi Garcia. Le PSG suit à un point de l'OL et Monaco n'est pas loin non plus, deux unités derrière Paris...

Tout reste donc à faire dans les prochaines semaines, même si le Losc tient la corde. Face à Strasbourg dimanche (17h00), les hommes de Christophe Galtier ont une dernière rencontre abordable avant d'enchaîner une série de chocs (Marseille, Monaco et le PSG sont au programme d'ici début avril).

Pour se donner confiance malgré leur élimination jeudi contre l'Ajax Amsterdam en 16es de finale de Ligue Europa (2-1, 2-1), les Dogues peuvent se remémorer cette fameuse année 2011: en tête après 26 matches, les Lillois avaient magnifiquement fini la saison, s'offrant le troisième sacre de leur histoire avec au final huit points d'avance sur Marseille.

- Le choc: Marseille-Lyon -

Grand ménage à Marseille: vendredi soir, le propriétaire du club, l'Américain Frank McCourt, a annoncé de "grands changements": exit le président Jacques-Henri Eyraud, remplacé par Pablo Longoria, et arrivée confirmée de l'entraîneur argentin Jorge Sampaoli sur le banc olympien.

C'est dans ce contexte que l'OM (7e, 38 points) se déplace dimanche (21h00) à Lyon, qui inaugure ainsi une série de gros duels avant les réceptions de Rennes et du PSG, toutes deux prévues en mars.

Pour Lyon, totalement concentré sur la L1 là où Lille et le PSG étaient encore en lice en coupes d'Europe ces derniers jours, le rêve de titre est bien réel et le président Jean-Michel Aulas en salive déjà.

"Je me dis que ce serait quand même un drôle de pied de nez, en étant franco-français et entrepreneur local, d'arriver à battre ces grosses puissances", a malicieusement glissé le dirigeant dans un entretien à L'Equipe.

- Le joueur: Kylian Mbappé -

Que s'est-il passé entre la performance formidable du PSG à Barcelone en huitièmes aller de Ligue des champions (4-1) et son échec inquiétant cinq jours plus tard au Parc des Princes devant Monaco (2-0) ?

Les Parisiens vont devoir vite trouver la réponse à cette interrogation, et cela concerne beaucoup Kylian Mbappé. Stratosphérique au Camp Nou avec trois buts, le champion du monde a été inexistant contre son ancien club.

A Dijon, lanterne rouge, samedi (17h00), "Kyky" doit relever la tête et porter à bout de bras son équipe, toujours privée de Neymar et Angel Di Maria.

Le PSG a même vu la liste des absents s'allonger vendredi: en plus de Leandro Paredes, suspendu, Mauro Icardi (gastro-entérite), Alessandro Florenzi (lésion à l'adducteur droit) et surtout Marco Verratti (choc au pied droit), l'un des hommes en forme du PSG, ont déclaré forfait...

"On va trouver des solutions", a insisté l'entraîneur Mauricio Pochettino, promettant que "les joueurs sur le terrain seront à la hauteur".

ama-bpa/bvo