La France tombe face à l'Espagne (et la vidéo)

Largement dominés, les Bleus n’ont rien pu faire face à des Espagnols inspirés. Un but a été refusé à Griezmann par l’arbitrage vidéo, qui en a au contraire accordé un à Delofeu.

Mbappé, muet ce soir

Un match contre l’Espagne n’est jamais vraiment amical. C’est surtout une vraie possibilité de se jauger face à une des meilleures nations du monde du football. Mais avec Griezmann, Gameiro et Mbappé titulaires devant dans un 4-4-2 inédit (Griezmann jouant derrière ses deux compères), la France met 45 minutes à se hausser au niveau de la Roja. Et elle ne le fera que le temps d’un quart d’heure… Si Mbappé fait trembler De Gea d’entrée d’un bon extérieur (5e), derrière, la domination est sans partage pour les Espagnols, qui regagnent les vestiaires avec plus de 70 % de possession de balle, mais sans occasion vraiment dangereuse, hormis un autre extérieur d’Iniesta, sorti par Lloris (29e). Au retour des vestiaires, Bakayoko, première sélection, remplace un Rabiot nerveux et les Bleus sont mieux en place. Ils croient même faire le plus dur en ouvrant le score par Griezmann, but finalement refusé par l’arbitrage vidéo (48e). Puis ils se remettent à reculer, jusqu’au penalty concédé par Koscielny après un ballon perdu par Bakayoko, par ailleurs intéressant. David Silva transforme, la France ne s’en remettra pas (0-1, 69e). Car dix minutes plus tard, nouvelle intervention vidéo, cette fois pour valider le but de Delofeu initialement refusé pour un hors-jeu inexistant (0-2, 78e). Avec tous les changements, la fin du match ne livrera pas plus d’enseignements. Si ce n’est que, malgré une génération exceptionnelle, il reste encore énormément de travail aux Bleus dans leur quête du titre mondial. Notamment au regard de la facilité technique et collective affichée par son visiteur espagnol.


Le fait du match : la vidéo change tout
C’était une première sur le sol français, et c’est peut dire que l’arbitrage vidéo s’est fait remarquer ! En test jusqu’en mars 2018, la vidéo a annulé un but de Griezmann validé par l’arbitre central, puis validé un but de Delofeu refusé par l’arbitre assistant. Dans les deux cas, un hors-jeu était en cause, et dans les deux cas, la vidéo a permis de prendre la bonne décision dans des actions très difficiles à juger à vitesse réelle. Reste cette situation cocasse, dans laquelle tous les joueurs français se congratulent pendant que le speaker fait hurler le nom de Griezmann au Stade de France… avant de déchanter, d’encaisser un but, puis un second, et de perdre finalement, et logiquement, le match. Alors, l’arbitrage vidéo, une bonne chose ? Pas pour la France, pour l’instant.

L’homme du match : Kylian Mbappé
Tous les projecteurs étaient braqués sur l’étoile montante du football français. Titularisé d’entrée dans un 4-4-2 innovant face à Piqué et Sergio Ramos, le prodige monégasque allait pouvoir montrer toute l’étendue de son talent dans une rencontre de très, très haut niveau. Résultat, un sentiment frustrant. Car s’il a laissé voir de belles choses, Mbappé a aussi été sevré de ballons, comme tous ses compères offensifs, la faute à un milieu décevant et à une Espagne excellente. Reste cette impression de pouvoir dominer son vis-à-vis à tout moment et cette facilité technique déconcertante, alliée à un relâchement dans les gestes et dans les mouvements qui lui permettent de faire souvent le bon choix. On a très envie de le revoir avec plus d’automatismes. Mais dans quel système ?


____________________________________________________

Téléchargez l’App Yahoo Sport

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages