"Un laboratoire de cuisine": un critique gastronomique raconte ses déjeuners au Leroy's Business Club

Jeanne Bulant
·2 min de lecture
Gilles Pudlowski sur BFMTV. - BFMTV
Gilles Pudlowski sur BFMTV. - BFMTV

Le critique gastronomique Gilles Pudlowski, proche du chef-cuisinier Christophe Leroy, a expliqué sur BFMTV avoir participé à des repas au domicile du restaurateur à Paris, mais il accuse M6 de "mélanger" dans son reportage les repas organisés au domicile du chef, et ceux du Palais-Vivienne.

Une perquisition a eu lieu mercredi au domicile parisien du cuisinier Christophe Leroy, soupçonné d'avoir organisé des repas luxueux et clandestins, notamment au Palais Vivienne, de Pierre-Jean Chalençon.

"Un déjeuner en novembre, l'autre en décembre"

"Oui, j'ai participé deux déjeuners au Leroy Business Club", au domicile privé de Christophe Leroy, reconnaît volontiers Gilles Pudlowski sur notre plateau. "L'un en novembre et l'autre en décembre. Nous étions la première fois quatre, et la deuxième fois trois dont Pierre-Jean Chalençon. Il est en photo sur mon blog donc je ne peux pas le nier. (...) Mais je n'ai pas eu l'impression que c'était un restaurant, (...) car il y avait beaucoup moins de personnes qu'il pourrait y avoir par exemple lors d'un dîner de Pâques à la maison."

"On était conviés à faire une espèce de testing de différents produits, de différents plats de saison qu'il avait faits", explique aussi le critique gastronomique, "comme un risotto à la truffe par exemple ou du faisan aux poires". Et de commenter: "c'était superbe, il n'y avait rien à dire sur le plan gastronomique".

Gilles Pudlowski reproche enfin au reportage de M6 de mélanger le Palais Vivienne, où il dit "ne jamais avoir mis les pieds", et l'appartement de Christophe Leroy, "qui se trouve dans les beaux quartiers, aux Champs-Élysées", à Paris. "Il y a là deux endroits complètement différents. Chez Leroy, c'est une espèce de laboratoire de cuisine, ce n'est pas du tout un restaurant, mais un salon bourgeois dans un immeuble haussmannien".

Article original publié sur BFMTV.com