L'adieu à Gérard Farison, travailleur de l'ombre

·1 min de lecture

Farison. Trop long... À Saint-Étienne, on va à l'essentiel en deux syllabes. On dit Sainté, Roch'teau, Curko (Ćurković), le Ch'ti (Synaëghel), Tintin (Triantafilos), Robby (Herbin). Pour Gérard Farison, ce sera "Tachan", un surnom adjugé par ses coéquipiers pour sa ressemblance frappante avec le chanteur Henri Tachan. Farison est la synthèse parfaite d'un club, d'une ville, d'une époque. Un des rares Verts natifs du coin, plus exactement du bourg Terrenoire, rattaché à la ville de Saint-Étienne. Il a fait toute sa carrière à l'ASSE, remportant la Gambardella à 18 ans alors qu'il est ailier gauche. Mais comme la concurrence est rude pour accéder à l'équipe première, il devient comme beaucoup d'aspirants pros "footballeur-travailleur". Il joue en réserve et bosse en parallèle "pendant trois ans à l'usine", comme il le racontait. Prolétaire appliqué, il s'attelle à son métier à tisser de la…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles